Le rire: journal humoristique — 3.1896-1897 (Nr. 105-156)

Page: 4
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rire1896_1897/0428
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
HiEJ MASCULIN ET LE FÉMININ

Par le professeur G. Delaw.

W9i







ê

A

v?

lonnû,

La Sole









Fo l'n - r"(jui ne .

Ci»Chil. CV>« vaille













1 1





Col Colle

^5

s





l e Te tr* p î> - 1 c\ l"cnre

là \

U« »v»Ari'»> ««Une mAreftinC

— Même le dimanche?

Tout èi l'électiricité — Le dimanche, j'ai le Lamoureusophone, qui me permet d'as-
sister au concert, de loin ; et je ne'suis dérangé ni par les retarda-
taires, ni par les voisins, la chaleur ne m'incommode pas.

Comme j'entrais dans son cabinet de travail, Maillère (de la — En semaine, comment emploies-tu tes après-midi ?
maison L'Hévie, Maillère), était assis, serrant contre ses oreilles _ Le matin, pendant le Carême, j'écoute quelques prédicateurs,
deux disques de nickel ; au-dessus de lui, un manipulateur élec- grâce au Catholicophone, qui me permet d'entendre les divers pré-
trique, très compliqué. dicateurs ; je n'ai qu'à choisir mon église. A midi, comme il ne faut

— Qu'est-ce que tu fais là? questionnai-je. pas négliger les affaires, je prends le Boursophone qui me ren-
Sans répondre, il me tendit l'un des disques, que je m'appliquai seigne sur Ies mouvements du marché; l'après-midi, selon l'état des

au cornet auditif, tandis que, de la main laissée libre, je me bouchais affaires, je prends le Bourbonophone pour savoir ce qui se passe

l'autre oreille ; j'entendis aussitôt : a la Chambre, mais seulement en cas d'interpellation importante ;

„,,.,,,,.,,,„ n . . , . ordinairement, de deux heures à six heures, je reste attaché au

« Chchchhchhchhchhh... Pan, pan... Oui, monsieur le comte... '

« Chhchhchchchhhh... Boum... Qu'il entre ! Ah ! c'est toi, Edmond?... Bodiniérophone.

« Chchhchhhh... Pan, pan... Tu vois, j'accours à ton premier appel... — Et le soir, tu sors?

• Chchchhh... Boum... Pan, pan... Assieds-toi... Chchchhh... » — Ah ! le soir, dit Maillère en rougissant... le soir, si j'ai des

Je suspendis le disque à un anneau qui me parut destiné à le sup- idées folichonnes, pour me mettre en train, avant l'arrivée de ma

porter; et je demandai à Maillère : Petite bonne amie> Je Prends ces deux récepteurs que tu aperçois,

„ . . , l ci là, au-dessus de mon lit.

— 1res curieux, mais qu est-ce que c est t

— Le Théâtrophone, mon cher. Ah ! quelle riche invention ; en ce ^e vo^s> c est

moment je suis à l'Ambigu où l'on joue les Bâtards légitimes ; c'est — Le Chabanophone, mon vieux (1).

passionnant ; on entend tout, le bruit des chaises remuées, le bruit Bill. Sharp.
des talons, et même le bruit des voix : depuis que je suis abonné

au Théâtrophone, je ne bouge plus de chez moi/ (1) Entendeur électrique, nouvellement inventé.
Objekt
Titel: Le rire: journal humoristique
Künstler/Urheber: Delaw, Georges  i
Inv.Nr./Signatur: G 3555 Folio RES
Aufbewahrungsort: Universitätsbibliothek Heidelberg  i
Schlagwort: Satirische Zeitschrift  i
Karikatur  i
Herstellungsort: Paris  i
Datierung: um 1897
Bildnachweis: Le rire, 3.1896-1897, No. 139 (3 Juillet 1897), S. 4
Aufnahme/Reproduktion
Urheber: Universitätsbibliothek Heidelberg  i
HeidICON-Pool: UB Französische Karikaturen  i
Copyright: Universitätsbibliothek Heidelberg
Bild-ID HeidIcon: 359281
loading ...