Vitruvius ; Perrault, Claude [Transl.]
Les Dix Livres D'Architecture De Vitruve: Corrigez Et Tradvits nouvellement en François, avec des Notes & des Figures — Paris, 1673 [Cicognara, 727]

Page: 218
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/vitruvius1673/0238
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

ii& V I T R IX V E
duquel le peuple avoit pïononcé, Se le sécond à ceky qui le^uiyoic, Mais Aristophane ^
donna le premier prix à celuy qui avoit eu le moins d'approbation du "peuple. Cela ayant
causé quelque indignation au Roy & à toute l'assemblée ; Aristophane le leva, & ayant de-
mandé que Ton luypermist de parler,après que l'on eut fait lïlencc, il déclara que de tous
ceuxquis'estoicntpresenteziln'y en avoit qu'un qui fust Poète, que tous les autres n'a-
voient rien recité que ce qu'ils avoient dérobé, & qu'il avèit crû que des Juges estoient
établis pour recompenser les auteurs, & non pas les voleurs des ouvrages. Pendant que
le peuple admiroit cette réponfe, & que le Roy ne sçavoit encore ce qji'ii ends voit penser,
Aristophane fit apporter de plusîeurs armoires divers livres, dans lelquels il se souvenoit
d'avoir lu ce qui venoit d'estre recité, & l'ayant montré dans «es livres ^ il obligea ces
Poètes d'avouer leurs larcins. Alors le Roy leur ayant fait faire leur procez comme à des
voleurs, recompensa fort honnestement Aristophane, & luy donna ta charge d'Isttèn- B
dant de sa Bibliothèque» „
Quelques années après &oïle, qui se faisoit apellet le sséau d'Homère 3 Vint de Macédoi-
ne en Alexandrie, & presenta au Roy les livres qu'il avoit compôsez contre l'Iliade & con-
tre l'Ody ssée. Ptolomée indigné que l'on attaquait si insolemment le Père des Poètes, &
que l'on maltraitai!: celuy que tous les Sçavans reconnoissoient pour leur maistre , dont
toute la terre admiroit les écrits, & qui n'estoit pas là present pour se défendre ; ne sît point
de réponse rccpendantZoïle ayant long- temps attendu j&estantpresTé de la necesïité, sît
supplierleRoy de luy faire donner quelque chose, à quoy l'on dit qu'il fit cette réponse j
que puisqu'Homere depuis mille ans qu'il y avoit qu'il eftoitmortj avoit nourry plusîeurs
milliers depersonnés, Zoïle devoit bien avoir l'induitrie, non seulement de le nourrir,
mais plusîeurs autres encore, luy qui faisoit profesïion d'estre beaucoup plus s^avant. Sa G
mort se raconte diversement, les uns disent que Ptolomée Je fit crucifier, d'autres qu'il
fut lapidé, & d'autres qu'il fut brûlé tout vif à Smyrne, & tous disent qu'il fut puni com-
meparricide. Mais de quelque façon que ce soit, il est certain qu'il a bien mérité cette pu-
nition, puisque l'on ne la peut pas mériter par un crime plus odieux qu'est celuy dê'repren- *
dre un écrivain qui n'est pas en estat de rendre raison de ce qu'il a écrit.
Quant à moy je ne tasche point en écrivant cet Ouvrage de cacher d'où j'ay pris ce que
je produis sous mon nom , ny de blasmer les inventions d'autruy pour faire valoir les!
miennes} au contraire je fais profesïion d'estre infiniment obligé à tous les Ecrivains de ce
qu'ils ont recûeilly comme je faistouteeque les Auteurs plusanciens ont préparé & amasTé
chacun dans sa profesïion : car c'est de là que comme d'une source nous pouvons puiser
abondamment &ensuite entreprendre avec asseurance de composer chacun suivant le £)
desfein qu'il a, de nouveaux & differans Traitez : & j'avoue ingeniiëment que Cela m'a don-
né uneentrée & une facilité très-grande pour l'exécution de mon desfein pour lequel j'ay
trouvé cent choses toutes prestes. ' --
C'est ainsî qu'Agatharcusayantestéinstruit par jEschyle à Athènes de la manière dont
il faut faire les1 décorations des Théâtres pour la Tragédie, & en ayant le premier fait un *
livre, il apprit ensuite ce qu'il en seavoit aDemocrite & à Anaxagore, qui ont ausïî écrit
sur ce su jet; principalement par quel artifice on peut ayant mis un point en un certain lieu^
imiter sî bien la naturelle disposîtion des lignes qui sortent des yeux en s'essargisTant, que
bienquecette disposîtion des lignes soit} une chose quinous est inconnue, on ne laissc pas *
de rencontrera representer fort bien les Edifices dans les Perspe&ivcs que l'on fait aux dé-
corations des Théâtres; &c on fait que ce qui est peint seulement sur une surface plate, E
paroist avancer en des endroits, & se reculer en d'autres.

•vrage n'auoit pas csté composé par celuy qui le presentoit, &
qu'il s'agisïoit de donner le prix aux Auteurs des meilleurs Ou-
vrages,. & non pas aux porteurs ou voleurs des meilleurs Ou-
vrages.
1. De'reprendre un Ecrivain. Par cette raison ce
^roit un crime digne du feu que de reprendre quelque chosë
dans les écrits que Zoïle a faits contre Homère, sî nous les avions
à present. Cela fait voir jusqu'où a csté la licence de ceux qui ont
|Çasté cet Ouvrage, lorsqtfen le transerivant ils y ont changé ou
ajouté beaucoup de choses à leur fantaisie.
z. Les décorations des Théâtres. Ilest certain
qu'il y a faute dans le texte, & qu'au lieu de Tragtdim sanant»

qui est presque dans tous les exemplaires, il faut Trdgic4mt com-
me Barbare a corrigé.
j. Une chose qui nous est inconnue. Je crois que
de reinctrta certas imagines rtprafîntare, veut direicy que bien
que la raison de toutes les choses naturelles soit incertaine êc
presque inconnue, & particulièrement en ce qui regarde la ma-
nière dont la represèntation des objets se fait dans nostre œil, on
ne laissè pas d'avoir des règles sî certaines qu'on ne manque ja-
mais à representer dans les fictions de la Perspective les vrais 8c
ordinaires essets que les choies mcsmes ont accoutumé de pro-
duire dans l'œil.

Après
loading ...