Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Quatrieme = Theatre, Tome IV): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793277]

Page: 282
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd4/0294
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
1

iib !

si

!


I D A Μ E.



-






Si
A
Si
Si

Que cette incertitude augmente mes douleurs !
J’ignore à quel excès parviennent nos misères j
l’empereur encore au palais de ses pères
trouvé quelque aille, ou quelque défenseur ;
la reine est tombée aux mains de l’oppresseur ;
l’un et l’autre touche à ion heure fatale.
Hélas ! ce dernier fruit de leur foi conjugale ,
Ce malheureux enfant, à nos soins confié,
Excite encor ma crainte, ainsi que ma pitié.
Mon époux au palais porte un pied téméraire;
Une ombre de respect pour son saint ministère
Peut-être adoucira ces vainqueurs forcenés.
On dit que ces brigands aux meurtres acharnes,
Qui remplissent de sang la terre intimidée ,
Ont d’un dieu cependant conservé quelque idee ;

Qui l’eût cru, dans ces temps de paix et de bonheur,
Qu’un Scythe méprisé serait notre vainqueur?
Voilà ce qui m’alarme, et qui me désespère.
J’ai refusé sa main ; je suis épouse et mère :
Il ne pardonne pas; il se vit outrager,
Et l’univers sait trop s’il aime à se venger.
Etrange destinée, et revers incroyable !
Est-il possible, ô Dieu, que ce peuple innombrable
Sous le glaive du Scythe expire sans combats,
Comme de vils troupeaux que l’on mène au trépas ?

A S S E L I.
Les Coréens, dit-on, raisemblaient une armée;
Mais nous ne savons rien que par la renommée,
Et tout nous abandonne aux mains des destructeurs.

282 L’ORPHELIN DE LA CHINE



PK

É
loading ...