Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Quatrieme = Theatre, Tome IV): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793277]

Page: 347
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd4/0359
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE CINQUIEME. 347
Toi qui mis à mes pieds tant d’Etats , tant de rois,
Deviendrai-je à la fin digne de mes exploits?
Tu m’outrages, Zamti, tu l’emportes encore ,
Dans un cœur né pour moi, dans un cœur que j’adore.
Ton épouse à mes yeux , victime de sa foi,
Veut mourir de ta main plutôt que d’étre à moi.
Vous apprendrez tous deux à souffrir mon empire,
Peut-être à faire plus.
I D A Μ s.
Que prétends-tu nous dire?
Z A Al T I.
Quel est ce nouveau trait de l’inhumanité ?
I D A M É.
D’où vient que notre arrêt n’est pas encor porté?
G E N G I S.
Il va l’être, Madame, et vous allez l’apprendre.
Vous me rendiez justice, et je vais vous la rendre.
A peine dans ces lieux je crois ce que j’ai vu:
Tous deux je vous admire, et vous m’avez vaincu.
Je rougis, sur le trône où m’a mis la victoire,
D’être au-dessus de vous au milieu de ma gloire.
En vain par mes exploits j’ai su me signaler ,
Vous m’avez avili, je veux vous égaler.
J’ignorais qu’un mortel put se dompter lui-même ,
Je l’apprends; je vous dois cette gloire suprême:
Jouissez de l’honneur d’avoir pu me changer.
Je viens vous réunir , je viens vous protéger.
Veillez, heureux époux, sur l’innocente vie
De l’enfant de vos rois , que ma main vous confie;
Par le droit des combats j’en pouvais disposer ;
Je vous remets ce droit, dont j’allais abuser.
loading ...