Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Bearb.]; Haas, Wilhelm [Bearb.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Cinquieme = Theatre, Tome V): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793285]

Seite: 39
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd5/0051
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ACTE TROISIEME. 39
CASSANDRE.
Notre malheur!... Hélas! cette seule journée
Voyait de tant de maux la course terminée.
Pour la première fois un moment de douceur
De mes affreux chagrins dissipait la noirceur.
I? HIEROPHANTE.
Peut-être plus que vous Olimpie est à plaindre.
CASSANDRE.
Comment ? que dites-vous ?... Hé, que peut-elle craindre '?
I? HIEROPHANTE s'en allant.
Vous l’apprendrez trop tôt.
CASSANDRE.
Non, demeurez. Hé quoi,
Du parti d’Antigone êtes-vous contre moi?
L’ HIEROPHANTE.
Me préservent les cieux de passer les limites
Que mon culte paisible à mon zèle a prescrites !
Les intrigues des cours, les cris des factions,
Des humains que je fuis les tristes gassions,
N’ont point encor troublé nos retraites obscures : (/)
Au dieu que nous servons nous levons des mains pures.
Les débats des grands rois, prompts à se divifer, •
Ne sont connus de nous que pour les appaiser;
Et nous ignorerions leurs grandeurs passagères,
Sans le fatal besoin qu’ils ont de nos prières.
Pour vous, pour Olimpie, et pour d’autres , Seigneur,
Je vais des immortels implorer la faveur.
loading ...