Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Cinquieme = Theatre, Tome V): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793285]

Page: 88
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd5/0100
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
88

NOTES

t.



\\ '
«il

ait fait la moindre prière avant de mettre sa reine à mort. L’écriture dit
seulement qu’il conspira avec ses lévites, qu’il leur donna des lances,
et qu’il sit assadïinerAthalie à la porte aux chevaux, sans dire que le Seigneur
approuvât cette conduite.
N’est-il donc pas clair , après cette exposition , que le rôle et le
caractère de Joad dans Athalie peuvent être du plus mauvais exemple F
s’ils n’excitent pas la plus violente indignation? cat pourquoi l’action
de Joad serait-elle consacrée ?
Dieu n’approuve certainement pas tout ce que l’histoire des Juifs
j-apporte. L’Esprit saint a présidé à la vérité avec laquelle tous ces
livres ont été écrits. Il n’a pas présidé aux actions perverses dont on y
rend compte. Il ne loue ni les mensonges d’Abraham, d'IJaac et Je Jacob,
ni la circoncision imposée aux Sichémites pour les égorger plus aisément,
ni l’inceste de Juda avec Thamar sa belle-sille , ni même le meurtre de
l'Egyptien par Moïfe. Il n’est point dit que le Seigneur approuve
l’assassinat d'Eglon, roi des Moabites par Aod ou Eud ; il n’est point dit
qu’il approuve l’assassinat de Si^ara par Jdél, ni qu’il ait été content
queJepW, encore teint du sang de sa fille, fît égorger quarante - deux
mille hommes d'Ephraim au passàge du Jourdain , parce qu’ils ne
pouvaient pas bien prononcer Schibbolet. Si les Benjamites du village
de Gabaa voulurent violer un lévite, si on massacra toute la tribu de
Benjamin, à six cents personnes près , ces actions ne sont point citées
avec éloge.
Le St. Esprit ne donne aucune louange à. David pour s’être mis, avee
cinq cents brigands chargés de dettes , du parti du Roitelet Akis , ennemi
de sa patriç , ni pour avoir égorgé les vieillards , les femmes, les enfans
et les bestiaux des villages alliés du Roitelet, auquel il avait juré fidélité,
et qui lui avait accordé sa protection.
L’écriture ne donne point d’éloge à Salomon pour avoir fait assalsiner
Ton frère Adonija, ni à Bahasa pour avoir assassiné Nadab, ni à Zimri
pu Zamri pour avoir assassiné Ela et toute sa famille, ni à Amri ou
Hortiri pour avoir fait périr Zimri , ni à Jéhu pour avoir assassiné Joram.
Le St. Esprit n’approuve point que les habitans de Jérusalem assassinent
le roi Aimasias, fils de Joas , ni que Sellum fils àejabès assassiné Zacharias
fils de Jéroboam, ni que Manahem assassiné Sellum fils de Jab'es, ni que
Facée, fils de Romeh, assassiné Fac éia fids de Manahem,ni qu’<?{ée,fils à'Ela
assaffiné Facée fils de Romeli. Il semble au contraire que ces abominations
du peuple de Dieu sont punies par une suite continuelle de désastres
presque aussi grands que ses forfaits,
Si donc tant de crimes et tant de meurtres ne sont point exeusés dans
l’écriture , pourquoi le meurtre d’Athalie serait-il consacré sur le théâtre ?
Certes , quand Athalie dit à l’enfant : ,, Je prétends vous traiter comme
,, mon propre sils” -, Joyabeth pouvait lui répondre: ,, Hé bien , Madame,
,, traitez-le donc comme votre fils , car il l’est : vous êtes sa grand’mère ;
vous n’avez que lui d’héritier; je suis sa tante, vous êtes vieille
loading ...