Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Cinquieme = Theatre, Tome V): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793285]

Page: 251
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd5/0263
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE SECOND, 251
C’est tout ce qui demeure aux enfans de Cyrus;
Tout le reste a subi les lois de Darius.
Mais je suis assez grand , si ton cœur me pardonne :
Ton amitié, Sozame, ajoute à ma couronne.
Nul monarque avant moi sur le trône affermi
N’a quitté ses Etats pour chercher un ami ;
Je donne cet exemple , et ton maître te prie ;
Entends sa voix, entends la voix de ta patrie;
Cède aux vœux de ton roi, qui vient te rappeler,
Cède aux pleurs qu’à tes yeux mes remords font couler.
H E R M O D A N.
Je me sens attendri d’un spectacle si rare.
SOZAME.
Tu ne me séduis point, généreux Athamare.
Si le repentir seul avait pu t’amener,
Malgré tous mes affronts je saurais pardonner.
Tu sais quel est mon cœur, il n’est point inflexible;
Mais je lis dans le tien; je le connais sensible.
Je vois trop les chagrins dont il est désolé ;
Et ce n’est pas pour moi que tes pleurs ont coulé.
Il n’est plus temps; adieu. Les champs de la Scythie
Me verront achever ma languissante vie.
Instruit bien chèrement, trop fier et trop blessé ,
Pour vivre dans ta cour où tu m’as offensé,
Je mourrai libre ici. ... Je me tais ; rends-moi grâce
De ne pas révéler ta dangereuse audace.
Ami, courons chercher et ma fille et ton fils.
Il E R M O D A N.
Viens, redoublons les nœuds qui nous ont tous unis.
loading ...