Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Cinquieme = Theatre, Tome V): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793285]

Page: 329
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd5/0341
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE PREMIER. 329
Aux sermons d'un tribun seriez-vous moins fidèle?
Seriez - vous moins vaillant? auriez - vous moins de zèle J
Que César à son gré se venge des Persans;
Mais pourquoi parmi nous punir des innocens ?
Et pourquoi vous charger de l’affreux ministère
Que partage avec vous un Sénat sanguinaire ?
I R A D A N.
On prétend qu’à ce peuple il faut un joug de fer,
Une loi de terreur et des juges d’enser.
Je sais qu’au capitole on a plus d’indulgence,
Mais le cœur en ces lieux se ferme à la clémence :
Dans ce Sénat sanglant les tribuns ont leur voix.
J’ai souvent amolli la dureté des lois ;
Mais ces" juges altiers contestent à ma place
Le droit de pardonner , le droit de faire grâce.
CE SENE.
Ah! laissons cette place et ces hommes pervers.
Sachez que je vivrais dans le fond des déserts
Du travail de mes mains chez un peuple sauvage,
Plutôt que de ramper dans ce dur esclavage.
I R A D A N.
Cent fois dans les chagrins dont je me sens presser,
A ces honneurs honteux j’ai voulu renoncer ;
Et ■> soulant à mes pieds la crainte et l’espérance,
Vivre dans la retraite et dans l’indépendance.
Mais j’y craindrais encor les yeux des délateurs:
Rien n’échappe aux soupçons de nos accusateurs.
Hélas ! vous savez trop qu’en nos courses premières
On nous vit des Persans habiter les frontières.
Dans les remparts d’Emesse un lien dangereux,
Un hymen clandestin nous enchaîna tous deux.
loading ...