Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Cinquieme = Theatre, Tome V): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793285]

Page: 368
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd5/0380
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Rappelle en ton esprit jusqu’aux moindres discours
Qu’il t’aura pu tenir, du péril où tu cours,
Des prêtres ennemis, de César, de toi-même,
Des lois que nous suivons, d’un malheureux qui t’aime.
A R Z A M E.
Cher srère, tendre amant, que peux-tu demander!
LE JEUNE ARZEMON.
Ce qu’à notre amitié ton cœur doit accorder,
Ce qu’il ne peut cacher à ma fatale ssamme ,
Sans verser des poisons dans le fond de mon ame.
A R Z A M E.
J’en verserai, peut-être, en osant t’obéir.
LE JEUNE ARZEMON.
N’importe, il faut parler, te dis-je, ou me trahir.
Et puisque je t’adore, il y va de ma vie.
A R Z A M E.
Je ne crains point de toi de vaine jalousie ;
Tu ne la connais point. Un sentiment si bas
Blesse le nœud d’hymen et ne l’affermit pas.
LE JEUNE ARZEMON.
Crois qu’un autre intérêt, un soin plus cher m'anime.
A R Z A M E.
Tu le veux, je ne puis désobeir sans crime..,.
J’avoûrai qu’Iradan, trop prompt à s’abuser,
M’a prcsenté sa main que j’ai dû resuser.
LE JEUNE ARZEMON.

Il t’aimait ?

ARZAME.
loading ...