Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Sixieme = Theatre, Tome VI): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793293]

Page: 121
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd6/0133
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE PREMIER.
Que dom Pèdrc à vos pieds peut tomber de fou trône ,
Si le Français l’attaque , et l’Anglais l’abandonne.
T R A N S T A M A R E.
Tout annonce sa chute; on a su soulever
Les esprits mécontens qu’il n’a pu captiver.
L’opinion publique est une arme puissante ;
J’en aiguise les traits. La ligue menaçante
Ne voit plus dans son roi qu’un tyran criminel ?
Il n’est plus désigné que du nom de cruel:
Ne me demande point si c’est avec justice ;
Il faut qu’on le dételle, afin qu’on le punisse.
La haine est sans scrupule : un peuple révolté
Ecoute les rumeurs , et non la vérité.
On avilit ses mœurs , on noircit sa conduite ,
On le rend odieux à l’Europe séduite ,
On le poursuit dans Rome à ce vieux tribunal,
Qui par un long abus , peut-être trop fatal,
Sur tant de souverains étend son vaste empire.
Je l’y fais condamner; et je puis te prédire
Que tu verras l’Espagne en sa crédulité
Exécuter l’arrêt dès qu’il sera porté :
Mais un soin plus pressant m’agite et me dévore,.
A ses sacrés autels il ravit Léonore ;
De cette cour profane il faut bien la sauver.
Arrachons-la des m'ains qui m’en osent priver.
Sans doute il s’est ssatté du grand art de séduire,
De sa vaine beauté, de ce frivole empire
Qu’il eût sur tant de cœurs aisés à conquérir j
Tout cet éclat trompeur avec lui va périr.
Peut-être qu’aujourd’hui la guerre déclarée
"Vers la princesse ici m’interdirait l’entrée.
loading ...