Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Septieme = Theatre, Tome VII): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793307]

Page: 186
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd7/0198
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i86

R

D E.

U

F

0

R D.

I

Fin du premier acte.

femmes de bien
de rien.
moi - mémo

ELAN
Quoi ? vous pensez ....
D A R

me fais prendre une femme estimable î
dans mes maux je bénis mon retour |
ma raison augmente mon amour !
je fuirai, je l’ai mis dans ma tête,

M
Oui,

N.
ces
Aiment par fois les grands diseurs
Mais permettez que j’aille un peu
Chercher mon sort et savoir si l’on m’aime.
Fil fort.}
BLANFORD feul.
Oui, hâtez-vous d’être congédié.
Llom ! le pauvre homme! il me fait pitié.
Que je te loue, ô destin favorable,
Qui
Que
Que
Oh!
Le monde entier pour une femme honnête.
C’est trop long-temps courir, craindre, espérer;
Voilà le port où je veux demeurer.
Près d’un tel bien qu’est-ce que tout le reste 3
Le monde est fou, ridicule, ou funeste ;
Ai-je grand tort d’en être l’ennemi?
Non, dans ce monde il n’est pas un ami;
Personnç au fond à nous ne s’intéresse ;
On est aimé, mais c’est de sa maîtresse:
Tout le secret est de savoir choisir.
Une coquette est un vrai monstre à fuir;
Mais une femme, et tendre, et belle, et sage,
De la nature est le plus digne ouvrage.

1 A P
loading ...