Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Septieme = Theatre, Tome VII): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793307]

Page: 205
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd7/0217
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE SECOND.

2C5

( à Adine. )
Approchez-vous: peu s’en faut qu’il ne pleure:
L’aimable enfant ! je prétends qu’il demeure.
Avec Blanford il est chez moi venu:
Dès ce moment son naturel m'a plu.
Le chevalier m o N D o R.
Eh! laissez là son naturel, Madame.
De ce Blanford vous haïssez la ssamme;
Vous m’avez dit qu’il est brutal, jaloux.
D O R F I S E sièrement.
Je n’ai rien dit.
( à Adine. )
Çà , quel âge avez-vous?
ADINE.
J’ai dix-huit ans.
D O R F I S E.
Cette tendre jeunesse
A grand besoin du frein de la sagesse.
L’exemple entraîne; et le vice est charmant;
L’occasion s’ossre si fréquemment !
Un seul coup d’œil perd de si belles âmes !
Défiez-vous de vous-même, et des femmes;
Prenez bien garde au soutsse empoisonneur ,
Qui des vertus ssétrit l’aimable sseur.
Le chevalier m o N d o R.
Que sa sseur soit, ou ne soit pas ssétrie,
Mêlez-vous moins de sa sseur, je vous prie;
Et m’écoutez.
D O R F I S E.
Mon Dieu! point de courroux;
Son innocence a des charmes si. doux!
loading ...