Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Septieme = Theatre, Tome VII): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793307]

Page: 347
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd7/0359
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE TROISIEME.

347

GERMON.
Oui, poliment, à grands coups d’étrivière t
Comptez sur moi ; je sers fidèlement.
Le jeune Hombcrt, dites-vous?
LE COMTE.
Justement.
G E R M O N.
Bon , je n’ai pas l’honneur de le connaître ;
Mais le premier que je verrai paraître
Sera rossé de la bonne façon;
Et puis après il me dira sou nom.
(i/ sait un pas et revient.')
Ce jeune Hombert est quelque amant, je gage 5
Un beau garçon , le coq de sou village.
Laissez-moi faire.
LE COMTE.
Obéis promptement.
GERMON.
Je me doutais qu’elle avait quelque amant ;
Et Blaise aussi lui tient au cœur peut-être,
On aime mieux son égal que son maître.
LE COMTE,
Ah! cours, te dis-je.

SCENE III.

LE COMTE seui.

IfT e l a s ! il a raisort,

II prononçait ma condamnation ;
Et moi du coup qui m’a pénétré l’ame
Je me punis; la baronne est ma femme.
loading ...