Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 114
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0122
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
M4 E P I T R E
Un docteur hibernois, son très-digne aumônier s
Rendit grâce au destin qui le fit cuisinier.
On a vu quelquefois des choix aussi bizarres.
Il est beaucoup d’emplois, mais les talens sont rares,
■Si dans Rome avilie un empereur brutal
Des faisceaux d’un consul honora son cheval,
II fut cent fois moins fou que ceux dont l’imprudence
Dans d’indignes mortels a mis sa confiance.
L’ignorant a porté la robe de Cujas ;
La mitre a décoré des têtes de Midas:
Et tel au gouvernail a présidé sans peine,
Qui, la rame à la main, dut servir à la chaîne.
Le mérite est caché. Qui sait si de nos temps
Il n’est point, quoiqu’on dise, encor quelques talens?
Peut-être qu’un Virgile, un Cicéron sauvage ,
Est chantre de paroisse, ou juge de village.
Le sort, aveugle roi des aveugles humains,
Contredit la nature , et détruit ses desseins ,
Il affaiblit ses traits, les change ou les efface.
Tout s’arrange au hasard, et rien n’est à sa place.
VARIANTES
D’après la première édition :
Esprit sage et brillant que le ciel a fait naître
Et pour plaire aux sujets et pour servir leur maître,
Que j’aime à voir ton goût, par des soins bienfesans,
Encourager les arts à ta voix renaissans !
Sans accorder jamais d’injuste présérence,
Entre tous ces rivaux ta main tient la balance 3
Tel qu’un père éclairé, qui sait de ses enfans
Discerner , applaudir, employer les talens.
Je plains , etc.
loading ...