Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 136
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0144
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
E F ï T R E


Ce fut-là votre précepteur.
Je sais bien qu’un peu de culture
Rend encor le terrain meilleur;
Mais l’art fait moins que la nature,

E P I T R E L X.
AU ROI DE PRUSSE.
J’ai donc vu ce Potsdam, et je ne vous vois pas;
On dit qu’ainsi que moi vous prenez médecine.
Que de conformités m’attachent sur vos pas !
Le Dieu de la double colline,
L’amour de tous les arts 3 la haine des dévots ;
Raisonner quelquefois sur ressence divine ,
Peu hanter noiseigneurs les sots ;
Au corps comme à l’esprit donner peu de repos ;
Mettre l’ennui toujours en fuite ,
Manger trop quelquefois, et me purger ensuite ;
Savourer les plaisirs, et me moquer des maux ;
Sentir et réprimer ma vive impatience ;
Voilà quel est mon lot , voilà ma resfemblance
Avec mon aimable héros.
O vous , maîtres du monde, ô vous rois que j’atteste,
ïndolens dans ,1a paix , ou de sang abreuvés
Resfemblez-lui dans tout le reste..
loading ...