Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 149
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0157
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A MADAME DENIS.

149

Et pour Judith, Pirame et Régulus,
Abandonner Phèdre et Britannicus ;
Lui, qui dix ans proscrivit Athalie ,
Qui, protecteur d’une scène avilie x
Frappant des mains, bat à tort à travers
Au mauvais sens qui huile en mauvais vers,
Mais il revient, il répare sa honte:
Le temps l’éclaire : oui, mais la mort plus prompte
Ferme mes yeux dans ce siècle pervers,
En attendant que les siens soient ouverts.
Chez nos neveux on me rendra justice ;
î\Iais moi vivant il faut que je jouisse.
Quand dans la tombe un pauvre homme est inclus,
Qu’importe un bruit, un nom qu’on n’entend plus ?
L’ombre de Pope avec les rois repose ;
Un peuple entier fait son apothéose ,
Et son nom vole à l’immortalité;
Quand il vivait il fut persécuté.
Ah! cachons - nous ; passons avec les sages
Le soir serein d’un jour mêlé d’orages;
Et dérobons à l’œil de l’envieux
Le peu de temps que me lailïent les dieux.
Tendre amitié, don du ciel, beauté pure,
Porte un jour doux dans ma retraite obscure,
Puilse-je vivre et mourir dans tes bras,
Loin du méchant qui ne te connaît pas,
Loin du bigot dont la peur dangereuse
Corrompt la vie et rend la mort assreuse’
loading ...