Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 244
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0252
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
244

E P I T R E

D’un bout du monde à l’autre elle étend son empire^
Parmi ses citoyens chacun voudrait s’inscrire.
Chez nos sœurs , ô grand Roi! le droit d’égalité,
Ridicule à la cour, est toujours respecté :
Mais leur gouvernement à tant d’autres contraire,
Ressemble encore au tien , puisqu’à tous il sait plaire,
E P I T R E CL
AV ROI DE LA CHINE.
Sur son recueil de vers qu’il a, suir imprimer.

1/7 1-
Reçois mes complimens, charmant roi de la Chine, (i)
Ton trône est donc placé sur la double colline !
( i ) Reçois mes complimens , charmant roi de la Chine.
Rien-Long, roi ou empereur de la Chine, actuellement régnant, 'a
com.posé , vers l’an 1743 de notre ère vulgaire , un poème en vers chinois
et en vers tartares. Ce n’est pas à beaucoup près son seul ouvrage. On
vient de publier la traduction française de ce poème.
Les Chinois et les Tartares ont le malheur de n’avoir pas , comme
presque tous les autres peuples, un alphabet qui, à l’aide d’environ
vingt-quatre caractères, puisse sussire à tout exprimer. Au lieu de lettres ,
les Chinois ont trois mille trois cents quatre-vingt-dix caractères primitifs,
dont chacun exprime une idée. Ce caractère forme un mot; et ce mot
avec une petite marque additionnelle en forme un autre. J’aime, gnao,
l’e peint par une figure. J’ai aimé, j’aurais aimé, j’aimerai, demandent
des figures un peu différentes , dont le caractère qui peint gnao est la
racine.
Cette méthode a produit plus de quatre-vingts mille figures qui com-
posent la langue; et à mesure qu’on fait de nouvelles découvertes dans
la nature et dans les arts, elles exigent de nouveaux caractères pour les
exprimer. Toute la vie d’un chinois lettré le consume donc dans le soin
pénible d’apprendre à lire et à écrire.
loading ...