Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 261
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0269
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A H 0 R A C E. 261
Tout passe, tout périt, hors ta gloire et ton nom.
C’est-là le fort heureux des vrais fils d’Apollon.
Tes vers en tout pays sont cités d’âge en âge.
Hélas ! je n’aurai point un pareil avantage.
Notre langue un peu sèche et sans inversions
Peut - elle spbjuguer les autres nafions?
Nous avons la clarté, l’agrément, la justesse ;
Mais égalerons - nous l’Italie et la Grèce?
Est-ce allez en effet d’une heureuse clarté,
Et ne péchons - nous pas par l’uniformité?
Sur vingt tons différens tu sus monter ta lyre;
J’entends ta Lalagé, je vois son doux sourire ;
Je n’ose te parler de ton Ligurinus ,
Mais j’aime ton Mécène, et ris de Catius.
Je vois de tes rivaux l’importune phalange ,
Sous tes traits redoublés enterrés dans la fange.
Que pouvaient contre toi ces serpens ténébreux?
Mécène et Pollion te défendaient contre eux.
Il n’en est pas ainsi chez nos Velches modernes.
Un vil tas de grimauds, de rimeurs subalternes,
A la cour quelquefois a trouvé des prôneurs;
Ils font dans l’antichambre entendre leurs clameurs.
Souvent en balayant dans une sacristie ,
Us traitent un grand roi d’hérétique et d’impie.
L’un dit que mes écrits, à Cramer (4.) bien vendus,.
Ont fait dans mon épargne entrer cent mille écus.
(4) L’un dit que mes écrits . .....
Parmi les calomnies dont on a régalé l’auteur, sélon l’usage établi,
on a imprimé dans vingt libelles qu’il avait gagné quatre ou cinq
cents mille francs à vendre ses ouvrages. C’est beaucoup: mais auffi
d’autres écrivains ont assuré qu'après sa mort ses écrits n’auraient plus
de débit, et cela les confolé.
R ?
loading ...