Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Seizieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome I): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794079]

Page: 26
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd16/0036
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
z6

USAGES ET SENTIMENS

conservé plusieurs termes arabes. Ce livre, qui est
d’une très-haute antiquité, représente le Satan , qui
est YAriman des Perses et le Typhon des Egyptiens,
se promenant dans toute la terre , et demandant
permission au Seigneur d'affliger Job. Satan paraît
subordonné au Seigneur; mais il résulte que Satan
est un être très-puissant, capable d’envoyer sur la
terre des maladies et de tuer les animaux.
Il se trouva au fond que tant de peuples , sans
le savoir,. étaient d’accord sur la croyance de deux
principes-, et que l’univers alors connu était en
quelque sorte Manichéen.
Tous les peuples durent admettre les expiations;
car où était l’homme qui n’eût pas commis de
grandes fautes contre la société? et où était l’homme
à qui l’instinct de sa raison ne fît pas sentir des
remords ? L’eau lavait les souillures du corps et
des vêtemens , le feu purifiait les métaux; il fallait
bien que beau et le feu purifiassent les âmes. Aussi
n’y eut-il aucun temple sans eaux et sans feux
salutaires.
Les hommes se plongèrent dans le Gange, dans
l’Indus , dans l’Euphrate, au renouvellement de la
lune , et dans les éclipses. Cette immersion expiait
les péchés. Si on ne se purifiait pas dans le Nil ,
c’est que les crocodiles auraient dévoré les pénitens.
Mais les prêtres qui se purifiaient pour le peuple se
plongeaient dans de larges cuves , et y baignaient
les criminels qui venaient demander pardon aux
dieux.
Les Grecs dans tous leurs temples eurent des
bains sacrés , comme des feux lacrés , symboles
loading ...