Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Seizieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome I): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794079]

Page: 146
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd16/0156
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DES MIRACLES.

et la puissance absolue du pape ; et par conséquent
d’être Manichéens : ou, si ce ne fut pas le prix de
ces bonnes actions , ce fut celui de l’excommuni-
cation qu’il souffrit pour avoir couché avec la reine
sa femme.
Les philosophes ont fait des miracles, comme les
empereurs et les rois. On connaît ceux d’Apollonios
de Thyane ; c’était un philosophe pythagoricien ,
tempérant, chaste et juste, à qui l’histoire ne reproche
aucune action équivoque, ni aucune de ces faiblesses
dont fut accusé Socrate. Il voyagea chez les Mages
et chez les Brachmanes , et fut d’autant plus honoré
par - tout, qu’il était modeste , donnant toujours de
sages conseils , et disputant rarement. La prière qu’il
avait coutume de faire aux dieux est admirable :
Dieux immortels! accordez-nous ce que vous jugerez
convenable, et dont nous neJbyonspas indignes. Il n’avait
nul enthouûasme ; ses disciples en eurent : ils lui
supposèrent des miracles qui furent recueillis par
Philojlrate. Les Thyanéens le mirent au rang des demi-
dieux , et les empereurs romains approuvèrent
son apothéose. Mais avec le temps , l’apothéose
$ Apollonios eut le sort de celle qu’on décernait
aux empereurs romains , et la chapelle d’Apollonios
fut aussi déserte , que le Socratéion élevé par les
Athéniens à Socrate.
Les rois d’Angleterre , depuis £dor/ardjusqu’au
roi Guillaume III, firent journellement un grand
miracle , celui de guérir les écrouelles qu’aucuns
médecins ne pouvaient guérir. Mais Guillaume III ne
voulut point faire de miracles, et ses successeurs s’en
sont abstenus comme lui. Si l’Angleterre éprouve
loading ...