Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Seizieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome I): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794079]

Page: 333
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd16/0343
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET DE LA LOI MUSULMANE. 333
d'abolir ce pèlerinage, Mahomet, pour se concilier
les Arabes, en fit un précepte positif.
Le jeûne était établi chez plusieurs peuples, et
chez les juifs, et chez les chrétiens. Mahomet le rendit
très-sévère, en l’étendant à un mois lunaire, pen-
dant lequel il n’est pas permis de boire un verre
d’eau, ni de fumer avant le coucher du soleil ; et
ce mois lunaire arrivant souvent au plus fort de
l’été , le jeûne devint par-là d’une si grande rigueur,
qu’on a été obligé d’y apporter des adoucissemens,
sur-tout à la guerre.
Il n’y a point de religion dans laquelle on n’ait
recommandé l’aumône. La mahométane est la seule
qui en ait fait un précepte légal, positif, indispen-
sable. L’alcoran ordonne de donner deux et demi
pour cent de son revenu, soit en argent, soit en
denrées.
On voit évidemment que toutes les religions ont
emprunté tous leurs dogmes et tous leurs rites les
unes des autres.
Dans toutes ces ordonnances positives , vous ne
trouverez rien qui ne soit consacré par les usages
les plus antiques. Parmi les préceptes négatifs,
c’est-à-dire, ceux qui ordonnent de s’abstenir, vous
ne trouverez que la défense générale à toute une
nation de boire du vin , qui soit nouvelle et par-
ticulière au mahométisme. Cette abstinence dont les
musulmans se plaignent et se dispensent souvent
dans les climats froids , fut ordonnée dans un climat
brûlant, où le vin altérait trop aisément la santé et
la raison. Mais d’ailleurs , il n’était pas nouveau que
des hommes voués au service de la Divinité , se
loading ...