Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Septieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome II): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794087]

Page: 213
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd17/0223
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EN EUROPE.

213

■. Au douzième siècle les moines noirs et les blancs
formaient deux grandes factions qui partageaient les
villes, à peu près comme les factions bleues et
vertes partagèrent les esprits dans l’empire romain.
Ensuite, lorsqu’au treizième siècle les mendians
eurent du crédit, les blancs et les noirs se réu-
nirent contre ces nouveaux venus , jusqu’à ce
qu’enfin la moitié de l'Europe s’est élevée contr’eux
tous. Les études des scholastiques étaient alors et
sont demeurées presque jusqu’à nos jours des
systèmes d’absurdités, tels que si on les imputait aux
peuples de la Trapobane, nous croirions qu’on les.
calomnie. On agitait fi d I E U peut produire la nature
nniverfelle des chojes, et la conferver, fans qu'il y ait des
çhofesi fi DIEU peut être dans un prédicat, s'il peut
communiquer la faculté de créer , rendre ce qui eji fait non.
fait, changer une femme en fille ; fi chaque perfonne divine
peut prendre la nature qu elle veut ; fi D I E U peut être
scarabée et citrouille; fi le père produit le fils par l'intel-
lect ou la volonté, ou par l'efsicace, ou par l'attribut y
naturellement ou librement? Et les docteurs qui résol-
vaient ces questions s’appelaient le grand , le subtil,
l’angélique, l’irréfragable lesolemnel, l’illuminé,
l’universel, le profond..

en d’années où cette fête n’ait amené quelques émeutes oti quelques procès.
A prêtent elle n’a plus d’autre effet que d’embarrasser les rues , et de nourrir
dans le peuple le fanatisme et la superstition. En Flandre età Aix en Pro-
vence, la procession est accompagnée de mascarades et de boussonneries
dignes de l’ancienne fête des fous. A Paris il n’y a rien de curieux que des
évolutions d’encensoirs assez plaisantes, et quelques enfans de la petite
bourgeoisie qui courent les rues, masqués en saints Jeans , en Magdeleines ,
etc. Un des crimes qui ont conduit le chevalier de la Barre sur l’échafaud,
en 1766 , était d’avoir passé , un jour de pluie , le chapeau sur la tête à quel-
ques pas d’une de ces processions.
O 3
loading ...