Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Septieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome II): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794087]

Page: 239
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd17/0249
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DES TEMPLIERS. 239
d’exterminer ces religieux, et le droit du roi de punir
des sujets. Le pape interrogea lui-même soixante et
douze chevaliers. Des inquisiteurs, des commissaires
délégués procèdent par-tout contre les autres. Les
bulles sont envoyées chez tous les potentats de
l’Europe pour les exciter à imiter la France. Ou
s’y conforme en Castille , en Arragon , en Sicile,
en Angleterre ; mais ce ne fut qu’en France qu’on
fit périr ces malheureux. Deux cents et un témoins
les acculèrent de renier J ESUS-CHRlSTen entrant
dans l’ordre, de cracher sur la croix, d’adorer une
tête dorée montée sur quatre pieds. Le novice baisait
le profès qui le recevait, à la bouche , au nombril
et à des parties qui paraissaient peu destinées à cet
usage. Il jurait de s’abandonner à ses confrères.
Voilà, disent les informations conservées jusqu’à
nos jours, ce qu’avouèrent soixante et douze tem-
pliers au pape même , et cent quarante-un de ces
accusés à frère Guillaume, cordelier, inquisiteur dans
Paris, en présence de témoins. On ajoute que le
grand-maître de l’ordre même , et le grand-maître
de Chypre, les maîtres de France, de Poitou, de
Vienne, de Normandie, firent les mêmes aveux à
trois cardinaux délégués par le pape.
Ce qui est indubitable, c’est qu’on fit subir les Templiers
tortures les plus cruelles à plus de cent chevaliers,brulés V!ls*
qu on en brûla vifs cinquante-neuf en un jour, **
près de l’abbaye S£ Antoine de Paris, que le grand-
maître Jean de Molay , et Gui , frère du dauphin
d’Auvergne , deux des principaux seigneurs de l’Eu-
rope , l’un par sa dignité, l’autre par sa naissance,
surent aussijetés vifs dans les slammes , non loin de
loading ...