Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Septieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome II): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794087]

Page: 313
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd17/0323
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BATAILLE DE CEE CI. 313
et les lances firent toujours le fort de la bataille
dans presque toutes les actions , jusqu’aux derniers
temps de Henri. IV.
On prétend qu’à la journée de Créci, les Anglais
n’avaient que deux mille cinq cents hommes de
gendarmerie et quarante mille fantassins , et que les
Français avaient quarante mille fantassins et près de
trois mille gendarmes. Ceux qui diminuent la perte
des Français disent quelle ne monta qu’à vingt
mille hommes. Le comte de Blois, qui était l’une
des causes apparentes de la guerre , y sut tué , et le
lendemain les troupes des communes du royaume
furent encore défaites. Edouard, après deux victoires
remportées en deux jours , prit Calais, qui resta aux
Anglais deux cents dix années.
On dit que pendant ce siége , Philippe de Valois, Duel de rois
ne pouvant attaquer les lignes des alnegeans , ct])ose_
désespéré de n’être que le témoin de ses pertes,proposa
au roi Edouard de vider cette grande querelle par
un combat de six contre six. Edouard, ne voulant
pas remettre à un combat incertain la prise certaine
de Calais , refusa ce duel, comme Philippe de Valois
l’avait d’abord refusé. Jamais les princes n’ont ter-
miné eux seuls leurs différends ; c’est toujours le
sang des nations qui a coulé.
Ce qu’on a le plus remarqué dans ce fameux Six habitans
siége qui donna à l’Angleterre la clef de la France, dévorant à u
et ce qui était peut-être le moins mémorable, c’est mort , mais
qu Edouard exigea , par la capitulation , que six ’en
bourgeois vinssent lui demander pardon à moitié
nus , et la corde au cou. C’était ainsi qu’on en usait
avec des sujets rebelles. Edouard était intéressé à saire
loading ...