Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Septieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome II): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794087]

Page: 381
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd17/0391
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
AUX XIIIe ET XIVe SIECLES. 381
Ce fut cet âne de Vérone qui fit la fortune de
Notre-Dame de Lorette. Le pape Boniface VIII,voyant
que la procession de l’âne attirait beaucoup d’étran-
gers , crut que la maison de la vierge Marie en
attirerait davantage, et ne se trompa point ; il autorisa
cette fable de son autorité apostolique. Si le peuple
croyait qu’un âne avait marché sur la mer, de
Jérusalem jusqu’à Vérone, il pouvait bien croire
que la maison de Marie avait été transportée de
Nazareth à Loretto. La petite maison fut bientôt
enfermée dans une église superbe ; les voyages des
pèlerins , et les présens des princes , rendirent ce
temple aussi riche que celui d’Ephèse. Les Italiens
s’enrichilsaient du moins de l’aveuglement des autres
peuples ; mais ailleurs on embrassait la superstition
pour elle-même, et seulement en s’abandonnant à
l’instinct gressier et à l’esprit du temps. Vous avez
observé plus d’une fois que ce fanatisme , auquel les
hommes ont tant de penchant, a toujours servi
non-seulement à les rendre plus abrutis , mais plus
méchans. La religion pure adoucit les mœurs en
éclairant l’esprit ; et la superstition , en l’aveuglant,
inspire toutes les fureurs.
Il y avait en Normandie , qu’on appelle le pays
de Sapience , un abbé des conards , qu’on promenait
dans plusieurs villes sur un char à quatre chevaux,
la mitre en tête, la crosse à la main, donnant des
bénédictions et des mandemens.
Un roi des ribauds était établi à la cour par lettres-
patentes. C’était dans fon origine un chef, un juge
d’une petite garde du palais, et ce fut ensuite un fou
de cour qui prenait un droit sur les filous et sur
loading ...