Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Septieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome II): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794087]

Page: 406
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd17/0416
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
406 DU CONCILE DE BASEE,
l’empire allemand ont le droit de déposer leur
souverain.
Ce-tte question est de celles que la raison du plus
fort peut seule décider. Si d’un côté un (impie con-
cile provincial peut dépouiller un évêque , une
assemblée du monde chrétien peut à plus sorte raison
dégrader l’évêque de Rome. Riais de l’autre côté
cet évêque est souverain. Ce n’est pas un concile
qui lui a donné son Etat ; comment des conciles
peuvent - ils le lui ravir, quand ses sujets sont contens
de son administration ? Un électeur ecclésiastique ,
dont l’empire et son électorat seraient contens, serait
en vain déposé comme évêque par tous les évêques
de l’univers ; il réitérait électeur , avec le même
droit qu’un roi excommunié par toute l’Eglise , et
maître chez lui, demeurerait souverain.
Dissérence Le concile de Confiance avait déposé le souverain
^"e^de Ba°s"ê ^Ome> parce que Rome n’avait voulu ni pu s’y
et de Cons-opposer. Le concile de Basle , qui prétendit dix ans
tance. après suivre cet exemple , fit voir combien l’exemple
est trompeur , combien sont différentes les affaires
qui semblent les mêmes , et que ce qui est grand
et seulement hardi dans un temps eft petit et
téméraire dans un autre.
Le pape Le concile de Basle n’était qu’une prolongation
iT'coneib Prieurs autres indiqués par le pape Martin F,
tantôt à Pavie , tantôt à Sienne : mais dès que le
pape Eugène IV fut élu en 1431 , les pères commen-
cèrent par déclarer que le pape n’avait ni le droit
de dissoudre leur assemblée , ni même celui de la
transsérer ; et qu’il leur était sournis sous peine de
punition. Le pape Eugène sur cet énoncé ordonna
loading ...