Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Huitieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome III): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794095]

Page: 12
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd18/0022
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
T- D’ALEXANDRE VI
bientôt entièrement dissipee, tant on opposa une
mauvaise conduite à celle du grand capitaine. Enfin
Louis XII perdit sa part du royaume de Naples sans
retour.
r 5 o 3. Bientôt après , l’stalie sut délivrée d'Alexandre VI
.... ^/°rt j ct l'on bis- I ous les historiens se plaisent à trans-
r/. . mettre a la poltente que ce pape mourut du poison
qu’il avait destiné dans un festin à plusieurs cardi-
naux, trépas digne en effet de sa vie; mais le fait
est bien peu vraisemblablc. On prétend que dans
un besoin pressant d’argent, il voulut hériter de ces
cardinaux ; mais il est prouvé que Céfar Borgia
emporta cent mille ducats d’or du trésor de son père
après sa mort : le besoin n’était donc pas réel. D ail-
leurs , comment se méprit-on à cette bouteille de
vin empoisonnée , qui, dit - on , donna la mort au
pape,et mit son fils au bord du tombeau ? Des hommes
qui ont une si longue expérience du crime ne lais-
sent pas lieu à une telle méprise. On ne cite personne
qui en ait fait l’aveu; il paraît donc bien difficile
qu’on en fût informé. Si quand le pape mourut,
cette cause de sa mort avait été sue, elle l’eût été
par ceux-là même qu’on avait voulu empoisonner.
Ils n'eussent point laissé un tel crime impuni ; ils
n’eussent point souffert que Borgia s’emparât paisi-
blement des trésors de son père. Le peuple qui hait
souvent ses maîtres et qui a de tels maîtres en exécra-
tion , tenu dans l’esclavage sous Alexandre , eût éclaté
à sa mort : il eût troublé la pompe funèbre de ce
monstre; il eût déchiré Ion abominable fils. Enfin
le journal de la maison de Borgia porte que le pape
âgé de soixante et douze ans fut attaqué d’une sièvre»
loading ...