Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Huitieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome III): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794095]

Page: 56
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd18/0066
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
56 ' IDÉE GENERALE

s’établit entre les Indes orientales et l’Europe par
les vaisseaux et les armes du Portugal.
D’un côté Cortcz soumet le puissant empire du
Mexique, et les Pizarro font la conquête du Pérou
avec moins de soldats qu’il n’en faut en Europe pour
alliéger une petite ville. De l’autre , Albuquerque dans
les Indes établit la domination et le commerce du
Portugal avec presque aussi peu de forces , malgré les
rois des Indes, et malgré les esforts des musulmans
en possession de ce commerce.
La nature produit alors des hommes extraordi-
naires presqu’en tous les genres , sur-tout en Italie.
Ce qui srappe encore dans ce siècle illustre, c’eft
que malgré les guerres que l’ambition excita,et malgré
les querelles de religion qui commençaient à troubler
les Etats , ce même génie qui fesait sseurir les beaux
arts à Rome, à Naples, à Florence, à Vemse, à
Ferrare , et qui de là portait sa lumière dans l’Europe,
adoucit d’abord les mœurs des hommes dans presque
toutes les provinces de 1 Europe chrétienne. La
galanterie de la cour de François I opéra en partie
ce grand changement. II y eut entre Charles-Quint
et lui une émulation de gloire , d’espnt de cheva-
lerie, de courtoisie, au milieu même de leurs plus
furieuses dissentions ; et cette émulation , qui se com-
muniqua à tous les courtisans, donna à ce siècle
un air de grandeur et de politesse inconnu jusqu’alors.
Cette politesse brillait même au milieu des crimes:
c’était une robe d’or et de soie ensanglantée.
L’opulence y contribua ; et cette opulence devenue
plus générale était en partie ( par une étrange révo-
lution ) la suite de la perte funeste de Constantinople :
loading ...