Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Huitieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome III): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794095]

Page: 136
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd18/0146
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
136 CHARLES-QUINT.
Fi ançais Zresie'rre les nœuds deson alliance avec Soli-
man. Il envoie deuxministres secrets à la Porte par la
Beux minir. voie de Venise ; ces deuxministres sont alsassinés en
chemin par l’ordre du marquis del Vajlo , gouverneur
nés. du Milanais , sous prétexte qu’ils sont nés tous deux
sujets de l’empereur. Le dernier duc de Milan, François
i 541. Sforzc, avait quelques années auparavant fait trancher
la tète à un autre ministre du roi. Comment accorder
ces violatiops du droit des gens avec la générosité
dont se piquaient alors les ossiciers de l’empereur,
ainsi que ceux du roi ? La guerre recommence avec
plus d’animosité que jamais vers le Piémont, vers
les Pyrénées, en Picardie. C’est alors que les galères
du roi se joignent à celles de Cheredm surnommé
Barberoufie , amiral du sultan et vice-roi d’Alger. Les
1543, sseurs-de-lis et le croissant sont devant Nice. Les
Français et les Turcs , sous le comte F Enghien de
la branche de Bourbon , et sous l’amiral turc , ne
peuvent prendre cette ville: et Barbcroujje ramène la.
slotte turque à Toulon, dès que le célèbre André Daria
s'avance ausecours de la ville avec ses galères.
Turcs et Barberonjje était le maître absolu dans T oulon. Il
mosquée à y fit changer une grande mailon en mosquée : ainsi
louion. je 1T1ême roi qui avait lailsé périr dans sou royaume
tant de chrétiens de la communion de LuAio par le
plus cruel supplice , laissait les mahométans exercer
leur religion dans ses Etats. Voilà la piété que le
jésuite Daniel loue ; c’est ainsi que les historiens se
déshonorent. Unhistorien citoyen eût avoué que la
politique fesait brûler des luthériens , et savorisait
des musulmans.
AndriDoria. André D'aria est le héros qu’on peut mettre à la tête
loading ...