Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Huitieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome III): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794095]

Page: 321
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd18/0331
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE FERNAND CORTEZ.

321

CHAPITRE C X L V I I.
De Fernand Cortez.
d/E fut de l’île de Cuba que partit Fernand Cortez 1519.
pour de nouvelles expéditions dans le continent. Ce Entreprife
simple lieutenant du gouverneur d’une île nouvelle-contre le
ment découverte, suivi de moins de six cents hommes, ‘
n’ayant que dix-huit chevaux et quelques pièces de
campagne , va subjuguer le plus puissant Etat de
l’Amérique. D’abord il est allez heureux pour trouver
un espagnol qui , ayant été neuf ans prisonnier à
Jucatan sur le chemin du Mexique , lui sert d’inter-
prète. Une américaine, qu’il nomme Dana Marina,
devient à la sois sa maîtreUe et son conseil, et apprend
bientôt assez d’espagnol pour être aussi une interprète
utile. Ainsi l’amour, la religion , l’avarice , la valeur
et la cruauté ont conduit les Espagnols dans ce
nouvel hémisphère. Pour comble de bonheur , on
trouve un volcan plein de soufre ; on découvre du
salpêtre , qui sert à renouveler dans le besoin la
poudre consommée dans les combats. Cortez avance
le long du golfe du Mexique , tantôt caressant les
naturels du pays, tantôt fesant la guerre. Il trouve
des villes policées où les arts sont en honneur. La
puissante République de Tlascala, qui sseurissait sous
un gouvernement aristocratique , s’oppose à son
passage : mais la vue des chevaux , et le bruit seul
du canon mettaient en fuite ces multitudes mal
armées : il fait une paix aufîi avantageuse qu’il le
veut. Six mille de ses nouveaux alliés de Tlascala
far les mœurs , etc. Tome ni. x
loading ...