Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Huitieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome III): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794095]

Page: 337
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd18/0347
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CONQUETE DU PEROU. 337
l’empereur Charles - Quint voulurent le prendre pour
eux-mêmes. Un fils d’Almapro se fit reconnaître roi
du Pérou ; mais d’autres espagnols aimant mieux
obéir à leur maître qui demeurait en Europe qu’à
leur compagnon qui devenait leur souverain , le
prirent et le firent périr par la main du bourreau.
Un srère de François Pizarro eut la même ambition
et le même sort. Il n’y eut contre Charles - Quint de
révoltes que celles des Espagnols mêmes , et pas une
des peuples sournis.
Au milieu de ces combats que les vainqueurs
livraient entr’eux , ils découvrirent les mines du
Potosi, que les Péruviens mêmes avaient ignorées.
Ce n’est point exagérer de dire que la terre de ce
canton était toute d’argent : elle est encore aujour-
d'hui très-loin d’être épuisée. Les Péruviens travail-
lèrent à ces mines pour les Espagnols comme pour
les vrais propriétaires. Bientôt après on joignit a
ces esclaves des nègres qu’on achetait en Afrique ,
et qu’on transportait au Pérou comme des animaux •
destinés au service des hommes.
On ne traitait en effet ni ces nègres, ni les habi-
tans du nouveau monde, comme une espèce humaine.
Ce las Casas, religieux dominicain, évêque de Chiapa, Dépositîons
duquel nous avons parlé , touché des misères de <!e /',s
i . contre Iss
tant de peuples , eut le courage de s’en plaindre Espagnols.
à ses compatriotes , à Charles - Quint et à sou
fils Philippe II , par des mémoires que nous
avons encore. Il y représente presque tous les Amé-
ricains comme des hommes doux et timides, d’un
tempérament faible qui les rend naturellement
esclaves. 11 dit que les Espagnols ne regardèrent
EJjai sur les moeurs , etc. Tome III. Y
loading ...