Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

Page: 184
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd21/0190
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
rois. Il vaudrait mieux y représenter des citoyens
libres et heureux. Mais enfin on voit des esclaves
aux pieds du clément Henri IV et de Louis XIII à
Paris ; on en voit à Livourne sous la statue de
Ferdinand de Méd.cis , qui n’enchaîna assurément
aucune nation ; on en voit à Berlin sous la statue
d’un électeur, qui repoussa les Suédois , mais qui
ne fit point de conquêtes.
Les voisins de la France , et les Français eux-
mêmes , ont rendu très-injustement Louis XIV res-
ponsable de cet usage. L’inscription Viro immortali,
A l'homme immortel, a été traitée d’idolâtrie ; comme
si ce mot signifiait autre chose que l’immortalité de
sa gloire. L’inscription de Viviani, à sa maison de
Florence, Ædes à Deo data, Maijon donnée par un Dieu,
serait bien plus idolâtre : elle n’est pourtant qu’une
allusion au surnom de Dieu -donné , et au vers de
Virgile, Deus nobis hac otia fccit.
A l’égard de la statue de la place de Vendôme,
c’est la ville qui l’a érigée. Les inscriptions latines,
qui rempîissent les quatre faces de la base , sont des
ssatteries plus grossières que celles de la place des
Victoires. On y lit que Louis XIV ne prit jamais les
armes opie malgré lui. Il démentit bien solemnelle-
ment cette adulation au lit de la mort, par des
paroles dont on se souviendra plus long-temps que
de ces inscriptions ignorées de lui, et qui ne sont
que l’ouvrage de la bassesse de quelques gens de
lettres.
Le roi avait destiné les bâtimens de cette place
pour sa bibliothèque publique. La place était plus
vaste ; elle avait d’abord trois faces, qui étaient celles
loading ...