Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

Page: 237
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd21/0243
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
FINANCE S*. 237
partie de leur système de finance , ainsi que leur
philosophie ; et si , dans un Etat purement monar-
chique, on pouvait introduire ces papiers circuians
qui doublent au moins la richesse de l’Angleterre,
l’adminittration de la France acquerrait son dernier
degré de perfection , mais perfection trop voisine de
l’abus dans une monarchie, (ee)
Il y avait environ cinq cents millions numéraires Combien
,, 'il z-n 't d’argent dans
d argent monnaye dans le royaume en 1683 , et d Y ie royaume,
en avait environ douze cents en 1730 de la manière
dont on compte aujourd’hui. Mais le numéraire ,

(ee) L’abbé de Saint-Pierre, dans ton Journal politique, à l’article du
Syssème, dit qu’en Angleterre et en Hollande, il n’y a de papiers qu'au-
tant qu’il y a d’espèces : mais il est avéré que le papier l’emporte beau-
coup , et ne subsiste que par la confiance.
N. B. Le crédit de ces billets ne peut être fondé que sur la con-
fiance qu’ils peuvent, à volonté , être échangés pour de l’argent ; ef
cette confiance est sondée sur celle que la banque dont ils partent est en
état de payer à chaque instant ceux qui seraient présentés. La confiance
tsr donc précaire, lorsque la masse de ces billets surpalse la semme que
cette banque peut ralïèmbler en peu de temps. Les billets sont aus
emprunts pour les Etats , ce que les billets à vue sont aux contrats ou ans
billets ordinaires des particuliers. Vous pouvez prêter à un homme une
semme à peu près équivalente à sa fortune; vous ne prendrez, au lien
d’argent comptant , un billet sur lui que jusqu’à la concurrence de 1s
semme que vous croyez qu’il pourra rassembler , an moment de votre
demande. Ces billets sont utiles , i®. parce qu’ils procurent à un Etat
une Comme égale à leur valeur dont il ne paye point l’intérêt , et qu’il
est sur de ne jamais rembourser, tant que la confiance durera. 2°. Ils
servent nécesfairement, en diminuant la nécessité des transports d’argent,
à diminuer les frais de banque pour l’Etat comme les particuliers , et à
faire baisser le taux de ces frais. Mais ils ont un grand désavantage ,
celui de mettre la foi publique, les fonds de l’Etat, la fortune des parti-
culiers à la merci de l’opinion d’un moment. Ainsi dans un gouvernement
éclairé et sage, on n’en aurait jamais que ce qui est nécessairc peur la
sacilité du commerce et des affaires particulières.
loading ...