Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

Page: 252
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd21/0258
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

252 BEAUX ARTS.
son temps , furent le modèle des orateurs qui
l’imitèrent et le surpassèrent. L’oraison funèbre de
Charles-Emmanuel duc de Savoie , surnommé le grand.
dans son pays, prononcée par Lingendes en 1630,
était pleine de si grands traits d’éloquence , que
Fléchicr long - temps après en prit l’exorde tout
entier aussi-bien que le texte et plusieurs passages
considérables , pour en orner sa fameuse oraison
funèbre du vicomte de Turenne.
Balzac. Balzac en ce temps-là donnait du nombre et de
l’harmonie à la prose. Il est vrai que ses lettres
étaient des harangues ampoulées ; il écrivait au
premier cardinal de Retz : ,, Vous venez de
,, prendre le seeptre des rois et la livrée des
,, roses. ,, Il écrivait de Rome à Bois - Robert ,
en parlant des eaux de senteur : ,, Je me sauve
,, à la nage dans ma chambre au milieu des
,, parfums. ,, Avec tous ces défauts , il charmait
l’oreille. L’éloquence a tant de pouvoir sur les
hommes qu’on admira Balzac dans son temps ,
popr avoir trouvé cette petite partie de l’art
ignorée et nécessaire , qui consiste dans le choix
harmonieux des paroles ; et même pour J’avoir
employée souvent hors de sa place.
Voiture. Voiture donna quelque idée des grâces légères
de ce style épistolaire , qui n’est pas le meilleur,
puisqu’il ne consiste que dans la plaisanterie.
C’est un baladinage , que deux tomes de lettres
dans lesquelles il n’y en a pas une seule instruc-
tive , pas une qui parte du cœur , qui peigne les
mœurs du temps et les caractères des hommes ;
ç est plutôt un abus qu’un usage de l’esprit.
loading ...