World Fair [Editor]
Revue de l'Exposition Universelle de 1889 — 2.1889

Page: 2
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/weltausstellung1889a/0006
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION GENTENNALE DE L'ART FRANÇAIS

P. J. Baudry. La Vague et la Perle.

sous-entendus, d'antithèses, de complications intellectuelles accumulées. Toutefois, le
grand tableau du même artiste, qu'on voit au Luxembourg, La divine Tragédie, est
encore plus caractéristique. 11 y a tant et tant de symboles, d'intentions cachées, de pen-
sées résumées, de philosophies ramassées en cette toile inexorablement énigmatique, où
prétend s'évoquer la poésie de toutes les religions, qu'il est impossible d'y rien com-
prendre.

Tout le monde, heureusement, n'est pas aussi abstrait que M. Chenavard, lequel,
s'est toujours plus inquiété de ratiociner que de bien peindre. Beaucoup se laissent
aller, comme Octave Tassaert, à la sentimentalité populaire. Etrange nature, ce Tassaert!
Vers 1818, on le rencontre dans l'atelier de Lethière. En 1825, il peint sa magistrale
étude du Musée de Montpellier: «Ma chambre, en 1825 »; puis, coup sur coup, avec une
parfaite indifférence des sujets et un raffinement de métier délicieux, il brosse une Scène
de la Révolution de i83o, le Dernier triomphe de Robespierre, la Mort du Corrège,
des sujets mythologiques, des caprices erotiques, des allégories patriotiques et autres,
des intérieurs, des épisodes familiers, quelques portraits, quelques paysages. Que si,
débrouillant ce chaos, on veut déterminer absolument ses penchants intimes, on notera
qu'il revient avec une particulière complaisance à deux ordres de compositions : la nudité
des chairs amoureuses et les anecdotes sentimentales.

Tassaert fut, en peinture, avec des qualités d'exécution et un sens de la couleur réel-
lement exquis, une sorte de chansonnier faubourien. Romances de faubourg, sa Famille
malheureuse du Luxembourg, son Rêve de la France le jour de la Translation des cendres
de Napoléon, son Suicide du vieux Musicien, sa Mère malade! Chansons égrillardes à
l'usage des petites ouvrières, sa Tentation de saint Antoine, son Calendrier des Vieillards!
On nous montre de lui une Bethsabée au bain, simplement agréable, une fantasmagorie de
chair féminine, tourbillonnant, la Tentation de saint Hilarion, et, principalement, le Retour
du bal de la collection Rouart. Je ne saurais mieux faire que de citer, touchant cette
dernière œuvre, le jugement de Th. Silvestre, qui a une portée spéciale :

« Tassaert, vers 1852, flottait encore le genre sentimental et le genre lubrique.
loading ...