Böttiger, Carl August   [Hrsg.]
Amalthea oder Museum der Kunstmythologie und bildlichen Alterthumskunde — 1.1820

Seite: 304
DOI Heft: 10.11588/diglit.9751.15
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9751.18
DOI Seite: 10.11588/diglit.9751#0358
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amalthea1820/0358
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
304 --

Auslegung, wörtlich auf das genaueste, und ohne die ge-
ringste Aenderung, mit allen Sprachunrichtigkeiten und
Eigenheiten der Schreibart, abgeschrieben.

,,Le devarit presente la ReineBe're'nice d’Egypte
entre son mari Ptole'me'e Evergetes et son fils Roi
(depuis) sous le nom de Ptole'me'e Philopator. Cette
Reine ayant fait voeu de sacrifier sa chevelure a
Venus, si une expedition militaire de son mari
reussisoit; l’avoit deposee en conse'quence dans le
temple de la Venus de Chypre dont la statue etoit
l’original ce'lebre de la Venus de Medicis. La
chevelure fut ensuite enleve'e du temple, sans qu’on
Sache comment. Mais l’astronome de la cour de
Ptolemee, Conon, imagina de l’avoir retrouve'e
dans une nouvelle constellation qu’il pre'tendit
avoir decouverte. Callimaque se hata de chanter
cette apotheose et le poete romain Catulle a tra-
duit ce beau poeme qui nous reste. La pierre
grave'e conserve le Souvenir religieux du meme
e've'nement. Le Ciel repre'sente' tout en haut, sous
le grave personnage de Jupiter, enleve lui - meme
la chevelure de la tete de Venus. Tout en bas le
repre'sentant nud de la terre fait l’hommage recon-
noissant de l’Amour filial aux trois divinite's hu-
maines de ce bas monde. Car l’oiseau couronne
qu’il presente, est le Symbole de cetAmour. Ainsi
c’est le Ciel et la terre, et qui plus est, la Venus
celeste et nullement populaire, Osiris, Orus et
Isis ou Neit qui, d’apres le ge'nie allegorique de
l’Egypte, sont les grands acteurs d un grand e've-
nement et qui correspondent aux trois personnes
royales, leurs substituts dans ce bas monde.

L’inscription sur le revers presente, dans la
partie inferieure et en grands caracteres anciens
Egyptiens et Grecs, les noms de Ptole'me'e, de
Bere'nice et de leur fils, et, a ce qu’il paroit, l’äge
de ce dernier. La partie superieure en plus petits
loading ...