Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: VII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

VII

œuvre une chronique1 et ensuite une biographie;2 je ne puis adopter ni l'une ni
l'autre de ces appellations. Ce n'est pas une chronique ; car non seulement il n'y a
aucune date indiquée dans le courant de l'œuvre, mais si l'on excepte le commen-
cement et la fin, c'est-à-dire les récits de l'enfance et de la mort de Schnoudi, il
est impossible d'y trouver un ordre quelconque qui rappelle tant soit peu l'ordre
chronologique. Les divers récits y sont amalgamés comme ils se sont rencontrés
sous la plume de l'auteur, sans le moindre lien qui puisse les rattacher ensemble.
Il eut cependant été possible et même facile de mettre de l'ordre dans ce désordre,
même sans vouloir se conformer à l'ordre chronologique. On a bientôt fait d'énu-
mérer les principaux événements de la vie de Schnoudi, car elle roule toujours
dans le même cercle : observances monacales, gouvernement de son monastère,
influence extérieure de Schnoudi, lutte contre le paganisme, défense de la foi ortho-
doxe, voilà quels sont les principaux chefs sous lesquels se rangent facilement les
divers récits contenus dans la vie du moine égyptien. Mais l'auteur n'a nullement
pensé à cet ordre : les faits qui se rapportent à l'un des chefs précédents sont dis-
séminés un peu partout, ils ne sont groupés nulle part. Une telle œuvre ne saurait
donc être désignée par le titre ambitieux de chronique. Elle ne peut davantage
être nommée une biographie. Le mot biographie emporte par lui-même quelque
chose de complet : l'œuvre copte contenue dans le volume 66e des manuscrits
coptes de la bibliothèque vaticane n'est pas une œuvre complète : ce n'est qu'un
abrégé.

Le titre que je viens de citer montre à lui seul que nous n'avons pas affaire
à une biographie complète. En effet, et je dois ici appeler la philologie à mon se-
cours, le conjonctif qui relie la seconde partie de la phrase à la première, se rap-
porte non pas à l'expression indéfinie quelques-unes, mais aux mots vertus et mer-
veilles, de sorte qu'il ne faut pas comprendre que Visa lui-même n'a raconté que
ces quelques vertus et merveilles que l'on trouve dans l'œuvre copte; mais que
cette œuvre n'est qu'un abrégé, ne contient que quelques-unes de ces vertus et de
ces merveilles qui ont été racontées par l'apa Visa, le disciple du saint archiman-
drite et prophète Schnoudi. Si le titre était l'œuvre de Visa lui-même, il faudrait
certainement le comprendre dans le sens le plus favorable à l'auteur et comme l'a

1. Rkvit.t.out, Mémoire sur les Blemmyes, p. i.

2. Revue de l'histoire des Religions, 4e année, tome VIII, p. 401 et passim.
loading ...