Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: XV
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

xV

discussion, afin de ne pas me répéter et de ne pas faire double emploi; car les
mêmes raisons militent en faveur de mon sentiment dans les deux cas, et tout ce
qui peut se dire de la traduction arabe, peut et doit se dire de l'abrégé memphitique.

II. Panégyrique de Macaire de Tkôou par Dioscore d'Alexandrie.

Le document qui suit l'abrégé de la vie de Schnoudi par Visa, porte le titre
suivant : enreciuoAuon e^qT^ovoq U2s.e TieunevTpievp;xinc e^o-y^d neiucoT »e\p-
^KenicKOiroc HTe pevKO^ iuôomoc 2s.iocRopoc e^qTôvOiroq eô.kftd. Meuid.pi nieni-
ckohoc UTe tïicoott ^ïioTvic auiichou- €Tô. MixpiviôwUoc ncypo epe^oopi^em MMOq
ecexni^pèv ^hhcoc UTe Ties.cp?V.c\tTconiex £en H2s_mepe eaiev n&qiHcrs"^ owA ujexpoq
e2i.eAi itequjmi eexqTôwMe eoièv s^iocnopoc 2î-e e\q22-C0ï\ eko?V. utc m.u.e\Kdk.pioc 3en
pexKO^-^eu oTMeTeMo?V.oueïTHc. Ce qui se traduit ainsi : «Éloge que prononça notre
patriarche saint, notre père l'archevêque de Rakoti, le saint Dioscore, lequel éloge il
prononça sur abba Macaire, évoque de la ville de Tkôou, au temps que le roi Mar-
tien l'avait exilé à Gangres, île de la Paphlagonie, lorsque apa Paphnuti alla le
visiter pour apprendre à apa Dioscore que le bienheureux avait terminé sa vie a
Rakoti en confessant la foi.» Le copiste qui a mis ce titre en tête de son œuvre
ajoute ce qui suit : «Lorsque Dioscore prononça cet éloge étaient près de lui une
foule de clercs et de moines qui étaient allés le visiter dans son exil. Ce discours a
été écrit par les diacres Pierre et Théopistos qui l'avaient suivi.»

Cette œuvre attribuée à Dioscore, le célèbre patriarche alexandrin qui commença
le schisme malheureux première cause de la décadence de l'Egypte chrétienne, est
connue en partie. Dans son catalogue, Zoëga en a cité un certain nombre de pas-
sages et semble l'avoir considéré comme une œuvre historique, car il dit : «Multa
prœterea continet hoc encomium spectantia ad historiam concilii Chalcedonensis,
pro Dioscoro quidem instituto narrata» mais, comme l'on voit, le savant auteur
avait été mis en garde contre les faits rapportés et avait accusé Dioscore de
les avoir tournés à son avantage, en d'autres termes de les avoir falsifiés. Après
lui, Quatremère dans ses admirables Mémoires géographiques et historiques sur
l'Egypte, a plusieurs fois l'occasion de citer cet Éloge2 sur lequel il fait d'ailleurs cer-

1. Zoëga, Cat. cod. copt., p. 99—107. Le passage cité se trouve p. 104.

2. Quatremère, Mémoires géogr. sur l'Egypte, etc., tom. I, p. 19, 216, 265 et ailleurs.
loading ...