Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0208
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
102

E. AMÉLINEAU.

nmeq eq2s_oo mmoc 2s_e neucoT q>ès.i es.n ne qm eTujooni oiro<> eT£iq^ dJ\7Vev q>eu
ne q>n eTOi nkATVe oirog q>è>.i 3en n2s.mepe Teu2s.i2s. (fol. 1241c) eeoires.2i ô"b£
epoq ic onnne èvinô/y eM&oTV.. ni5eA7V.o 2>^e eTôwqnd>.T$* eTixmiujq^ nujq>Hpi eT*».c-
ujcom dvqepcqjpivci^ein1 MnmeoTis.1 ;Sen q>pes.n Avnoc 5en qVyHOT «s. ni£iq^ rhii
n^HTq d%. Teqoopd.cic ceMtti Hue\?V.o}c. 3en q^oTHcry evqtouj e&oTV. 2sl€ ott^i ne q>q^
Mneu^eTVTV.o eôOT&fc eTTexTVHOTT ne.ue\.tt. ^non 2*_e eTivncuyreM enen.ice\2s.i iteu-
MeTi ne 2s_e e-ra. oTr^eiMCOH.2 Ttonq e2s_en ni2s_oi eiMHTi3 2s_e euccoTeM eqipa.tt
Mni^eAAo.

^■ne\as.co epioren nnemuj^- nujq>Hpi e^cujconj 3en ni2toi. ne otou OTnpes.c-
.ue\T€TTHc Te\?V.HOTT eni22.oi neM\H ev OTdvi 5en HeqixTVwoiri iuo?V.n nqqy^Hn
nTe nmoirTictn^ e^oire£ «ces. eviiex. Me\Kes.pioc. mcon 2^e eTevqiuoq^ ncev qqy^Hn
.uueq2te.u.e. ne2te\q 2£.e neucoT e\Tuco7Vn ttTevUj^Hn. neoq 2vc ne22.d.q 2s_e Mnep-
ujeopTep q^uj^Htt neu enecwev m&con 2s.e eres-qucoAn nqqyôHrt eTes.qccoTe.u em-
£e7\.7Vo eqauo mmoc qqyônn ne\i enecw.it>. e^qep £oq^ eqcoooim 2£_e ot ntt«vroqjo-
poc ne MHncoc rtTeqoiron^q5 e&o?V. jien iiotoh m&en (121.) nTequjmi.

était aveugle, et lorsque ta main sainte Ta eu touché, voici que j'ai vu.» Le vieil-
lard, lorsqu'il eut vu ce grand prodige qui avait eu lieu, signa l'autre aussi au
nom du Seigneur : aussitôt la convulsion cessa, la vue (du marin) fut en bon
état. Aussitôt il cria : «Il n'y a que le Dieu de ce vieillard qui est monté avec
nous.» Et lorsque nous, nous entendîmes ces paroles, j'aurais pensé qu'un orage
allait se lever sur la barquë, si je n'eusse entendu le nom du vieillard.

Je vous dirai un autre grand prodige qui arriva dans la barque. Il y avait un
marchand monté sur la barque avec nous : l'un de ses serviteurs vola l'habit du
frère Pinoution qui avait suivi (Macaire). Lorsque le frère chercha sa tunique, il
ne la trouva pas. Il dit à mon père : «On a volé ma tunique.» — Mais lui, il lui
dit : «Ne te trouble pas, elle reviendra à sa place.» Or le serviteur qui avait volé,
lorsqu'il eut entendu le vieillard dire : Elle reviendra à sa place, fut saisi de
crainte, sachant que c'était un pneumatophore : (il eut peur) qu'il ne le fît con-

I. Cod. a.qepc'q>pfc.*M3iii. — 2. Cod. otr;x;i.M.û>n. — 3. Cod. \mm\. — 4. Cod. ivre nmoit (sic). Le
mot a été ainsi écrit, puis on a effacé la barre de liaison des deux jambages de l'it, ce qui donne 11 et
on a alors fait un o O de la sorte, en réunissant les deux jambages. — 5. Cod. H.eTeqou-cmiço (sic) : le
scribe avait d'abord écrit un r au lieu de la lettre n et il a ajouté un jambage au k.
loading ...