Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 197
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0303
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

197

e^OTTH eniMôv enevqenuoT m;S HTq H2s.e es._idv.i_oc1 ottoo ne2s_es.q nui 22.6 ^nes.ep
ujqmp huj?V.h7V neAiHi ïiis^ie^KCon ioV\ii\He- uj&u mmoh. T_e2s.n1 «^q 2î.e mmoii
UJ2S.om nTe q>da ujcoïii «cujotx ô.h tt2s.e -y0pe02__0g.es. oiroç) eTe Mr_eKuj7\.h?V.. esqoir-
esoces.OHi nm eepioeAici. &non MMesTresTen eH^n^H M-Uà-îr ne oirop eTevq'Ti «hi-
e-yesttuueTviott eeoir^fe eftoTV. ;5£v2s_coq ti.\q2£_cû mmoc MTiMpH^ 2s_e Mesuje usai
epesuo^- oîpoo ucù'f 2s.e esq^çh necou H2s_e es,£_&a. neTpoc otoo copu tiô.q _\a.tô.
cppH^ e^cop.i hmv q^itoir 2s_e uje n^iupevqiH eeo?res_!_ mô.i 2s_e ^en oir.u.ee.u.Hi 5en
Tev^nr^H THpc ^ottcouj eep-ueTS-iioem3 oirog «t^iotti tiTo^sipecic^ eTcoq «Te
^es?\.KH2s_xoti eftoTV o^poi. bai5 eesp £otc eq£en t^iCiô.ki H2s_e ïu.ud.uesp_oc
Ti-uoeeoc equjon 3en ïxhi n£_d.ci?Vic_ioc" es.ioirtopn â^poq Auieva.ieauou ^pirc^-

piCOH' «ÏM OTT2S.COM HTHI €Td.ic.5HTq 3611 T0.2i.I2S_ eTd.iep.UeTd.HOemS ttâHTq 01T0£

eT^^_ep^sH-vee.m.^vT_^em!, n<5HTq h^cifho2s.oc «Te ^d.?V.\H2s.con «çm ïijtomoc htc

Celui-ci me dit : Feras-tu la prière avec moi,10 ô diacre Julien, oui ou non? —
Je lui dis : Non, ce n'est pas possible quand il n'y a pas orthodoxie, ce qui veut
dire que tu ne pries pas. — Et il m'ordonna de m'asseoir. Nous étions seuls en
cet endroit. Et lorsqu'il eut pris sur lui les saints Évangiles, il me parla ainsi :
Va à Rakoti, cherche où se trouve abba Petros, et jure lui comme je te jure
maintenant en disant : Par les saintes Écritures, en vérité, de toute mon âme, je
désire me convertir et rejeter loin de moi l'hérésie impure de Chalcédoine; car,
lorsque le bienheureux Timothée" était dans cette ville, demeurant dans la
maison de Basiliscos, j'envoyai vers lui mon diacre Chrysariôn, avec un livre
à moi que j'avais écrit de ma main, où je faisais repentance et où j'anathémati-
sais le synode de Chalcédoine avec le tome de Léon, les Eutychiens et toute

1. Tuki «kKa.ni. — 2. Je laisse cette forme, car d'après une grammaire sahidique qui se trouve à la
Propagande, les Coptes se servaient aussi quelquefois du vocatif grec pour leur propre vocatif. —
3. Tuki eep.m.CTa.ito__i. — 4. Tuki ttTçepecic. — 5. Tuki ne ^a.p. — 6. Tuki 11__a.c1AiR.oc. Il s'agit
peut-être du Basilisque qui remplaça un moment Zenon son beau-frère. — 7. Tuki ^pica-piou. —
8. Tuki eTa.icpMCTa.iiom. — 9. Tuki epa.iia.^e.m.ô.t-3-n. — 10. Mot-à-mot : Feras-tu compagnie de
prière avec moi. — M. Revii-i.out divise la réponse de Julien en deux : «Je lui dis : cela n'est pas pos-
sible quand il n'y a pas orthodoxie. — Ce qui veut dire, reprit-il, que tu ne prieras pas?» — Deux
raisons s'opposent à cette traduction, aucun mot ne correspond dans le texte à «reprit-il», et ensuite
le verbe est au présent et non au futur. Ma traduction est conforme à cette idée que les prières ne
valent rien quant au mérite quand celui qui prie n'est pas en état de grâce. — 1 1. Il s'agit ici de
Timothée Elure, le patriarche schismatique.
loading ...