Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 201
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0307
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

201

ciomôs HT€ ^eRRTVRCies. eqoT02s_ RevTes. tppH'y enev.qoi MMoq nujopn. ^-RO-y ottr
•^epAieTevRoem1 oto£ ^piMi Mq>pH^ AuieTpoc nievq>e2 RTe RievROCToAoc eTes.qas.e'A.3
ny^ç e&oTV otto£ ujort epoR eiep.weTevRoeiR4 m.qjpH'f m^c £toq eTesqujen

Tiexpoc epoq. ic2s.e ei^ £e\.R5 epoi RTes.ujtoRiD Mq>pH^ RO-yAeuRoc ô^ror &es, iu-
e7V.es/XMCT0c mohoh RTesRjconi neMCvR £en nm^ Ropô02^ogoc. ^-nevevMoni rtot

Tli\IMRè>.£ OIRes. MOROR HTivROgeM RTev^'TT^H. .U^ 07TCO MRICRÈvC) CTCOq RTC ^M€t

eveReso^- efeoTV ges. ^-ujeTVeT rtc ivx^c rtc •feRRTV.Rcies. Te. cepRoqpi ees.p rhj MevATVoR

RôsTes. pR-\- HlÛeR RivTes. q^pR^ eTÈxJRHR C2S-OC eCvMORI RTOTC ReUMRes.Ç> Monott

omes. RTev2s.eM £Roir mr^c qje\i eTes.iepes.i€>eTeiR7 MMoq ujôs e3oTm e-ynoir. moi

OTTR £ROTR CO TtixICOT €e01Tes.& RRIM€TUjeR£HT eT£0?V.2S- RT€ Ries.ROCTO?V.OC Res.Tr7V.0C

OTrog es.2s.0c nes.H TRpoir 2s.e nes.ujRpi Rexi e^ Res.R£i mmcootf HRecon ujesre r^c
<7i Mopq>R ^en ©rrotf. ^eRicToTVR 2s. e eTes-RoiropRC8 hri eTeMReRtouj mmoc 2s_i-

tenant je fais repentance et je pleure comme Pierre, le chef des apôtres qui renia
le Christ; et, je t'en prie, reçois-moi à toi, dans mon repentir, comme le Christ
lui-même reçut Pierre a lui; quand même tu jugerais bon que je sois comme un
laïque,9 moi le minime, (plaise à Dieu) que je sois au moins avec toi dans la foi
orthodoxe. Je prendrai pour moi cette douleur, afin qu'au moins je sauve mon
âme : délie de cette chaîne impure de l'incrédulité l'épouse du Christ qui est
l'Église; car, comme je viens de le dire, de toute manière il vaut beaucoup
mieux pour moi de recevoir d'elle cette douleur, afin qu'au moins je trouve
profit dans le Christ : c'est ce que je lui ai demandé jusqu à présent.10 Revêts-toi
donc, ô mon père saint, de la douce miséricorde de l'apôtre Paul et dis-nous à
tous : O mes enfants que j'enfante de nouveau jusqu'à ce que le Christ prenne

i. Tuki •^■ep^eTAiioni. — 2. Tuki iiii>.nocTo'\oc e^cpe. Il a souligné ensuite le mot atioctoAoc ce

qui indique chez lui qu'il faut rayer le mot. — 3. Tuki e-re^rx-e*.. La faute vient de ce que dans le
manuscrit la lettre a et la lettre A. ont une forme presque identique. — 4. Tuki eiepMexivitom. —
5. Tuki ça.tt. — 6. Tuki Ta.ujtoni. — 7. Tuki eT&iepe^eTiti. — 8. Tuki 6T«kROTopne (sic). —
9. M. Revii.i.out traduit : Si tu entres en jugement avec moi et que tu me considères comme un laïque,
ne me refuse pas, etc. Le texte donne bien : quand même tu jugeras pour moi que je sois à la manière
d'un laïque. 11 n'y a pas : ne me refuse pas, mais une optation. Toutes ces nuances sont'assez impor-
tantes pour la valeur historique du texte; en outre la traduction de M. Revii.i.out serait encore plus
en faveur de mon sentiment qu'en faveur du sien. — 10. M. Revili.out : pourvu que je gagne le
Christ que j'ai jusqu'à présent offensé. Le verbe grec M-e-eTeiit, verbe venant de aitcco, ne peut signi-
fier offenser, mais demander, c'est du moins ce qui semble le plus plausible dans la dérivation de ce mot.

26
loading ...