Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 254
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0360
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
e. amélineau.

€Me?V.eTô. ïitçttujh. epujesn neTpn Tpi «MAv&q 'Tfo eqnnoTii nTqT.vv.TcooTn eMeTVeTJv
nT€TujK nenTis.qnepce 2s. e e&o?V2£_e qnnq>e ô^ttco qqi .vmpooiruj nTeq\^nr)£n mu
T<rt tiTcoMT en«OTTTe eT&e iiis.i .wnpnnft S'm.S'om. epoq ô».n eqep n&oTV Auxpo ipM«]
nTpi nqncùTVp enTcw eTpe tictmkotk tcoottu nq.u.e?V.eTd>. 2£_end>.c eqeTdwpo eTes^e
neqtyôsTVMOC mu neqAiepoe nes.nocTnooTC Mn^TOTniooTVp enccoo-yp. equjes.nT.w-
nepce on eqeMOirre eneqpôai .u.nfto7V mtitom ujisirrqTcooTrn. equjes.nnepce 2s_e
nqTMp pnoq e.w.e?VeTis. nqpn 07nun2s_7rnoc es.n nujcone mmott is.7V.7V.is. eirn (Tom
mm.oq nn^pp.vv. imoTrre eqo npeq2s_nes.es7r ncèspoir «Tes. necpe^rpR T^iroq €22.ai
npeq2£.nes.ô.TT qndawV.Hpono.u.ei MMoq. es/yco on npeqcs.nis.is.7F on jwres. neqp&nire
crovoup e&o7V 2s_e qTMp pco& pn Teq5bM THpc eTpeqotfcoM .wneqoem on neq-
pice es.T5*co Teqp&cco mm His. Te^peiô».1 Tnpc MneqctoMes. eiTe eqTHn eiTe eqpn
OTTUjoone equjd>.nTis.poq eiTe on otauitoTvTVo ecujôvnujoone eTpeqpe eoîron ess-o
eÊioA epoq noToeiuj niAV is/yco ncepe eueoenv nccoq nceTes,ôkq en.u.0^ A«ipo is.7V7V£s
nq5io eqoTT(om pn npice nneqcnmr is/rroo nq^- p&cto picocoq pn nenTôsTcooîrpoTf
epoTn pn Te7s\vuiT2î-iocope avh tstmiitcht nujnpe nis.n eoîriynpe2 pwwq ne ô^ttco

cellule reste à dormir et ne se lève pas pour méditer pendant la nuit, que celui
qui est éveillé par ce qu'il est vigilant, qu'il prend soin de son âme et (veut) aller
à Dieu, et c'est pour cela que le sommeil ne prévaut pas sur lui, (que celui-là)
sorte à la porte de la cellule, qu'il frappe sur le mur pour faire lever l'endormi,
que celui-ci médite afin d'avoir fini de réciter ses psaumes et la partie qu'il (doit
réciter) par cœur avant qu'on sonne pour la cynaxe. Que s'il ne se réveille pas,
que l'autre l'appelle par son nom en dehors du mur jusqu'à ce qu'il se lève. S'il
se réveille et qu'il fasse ce qui lui plaît au sujet de la méditation, sans être en
danger d'une maladie mortelle, mais ayant la force aux yeux de Dieu, par pa-
resse, il héritera de la malédiction que les Ecritures prononcent contre le pares-
seux. Et de même pour le paresseux dont les œuvres montrent qu'il ne travaille
pas de toute sa force pour manger son pain grâce à son travail, (pour gagner)
les vêtements et tout ce dont son corps a besoin, soit en bonne santé, soit pen-
dant la maladie si elle lui est survenue, soit dans la vieillesse si elle lui est arrivée,
qu'il trouve quelqu'un pour semer pour lui en tout temps et lui trouver du pain,
qu'on le mette à la porte, mais qu'il ne reste pas à se nourrir des travaux des

i. Cad. Tc^pm.. — 2. Cod. CTUjHpe.
loading ...