Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 320
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0426
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
320

E. AMÉLINEAU.

aJs>U- e-^Jl ^J^L ^r^* ^1 l^3£>-jj \Ac IJlo ^rlj

Jû^U, tji! ^^JlLJU àILUj <JJ)^£> Âàpl^p LïlleL Aii! tjl a) Jlij â^c^

aJI ^âlà ^ à£=>j\]] JL; (j| U^ Ois***- ^J^1 IcjJ^o

Ici jAji A^Ji) ^ibl j^J 3] A) Jlij ^os)! 3^ l <Jc J>b ^5l5

ALisiL JbbLl A^l lyii ^-jj <jJl îl^l Jb>-i U^c

__as A^^xU iJxib j^Lsîàj (jA^>-l A^l Lac! C^st «w^il |>U! uUwjU,

qu'ils fussent arrivés à son habitation, et voici qu'ils le trouvèrent ayant rendu
l'esprit, et dans ses mains il ne restait plus qu'une seule feuille de palmier. Et
mon père dit : «O mon maître, tu es bon et tes jugements sont droits; car tu as
exécuté un jugement plein de justice, de peur qu'une horrible souffrance (ne
tombât sur ce frère) quand il eut fini de tresser cette feuille,1 car il a été écrit :
L'homme ne se vantera plus de ses fautes sur la terre!» — Pour eux, ils prièrent
sur lui, ils enterrèrent son corps et revinrent en paix vers leur demeure.

Et l'ange du Seigneur lui adressa la parole, le consola et lui dit : «Voici que
Dieu notre créateur est très pitoyable envers son image et sa ressemblance. Va
maintenant, examine tes enfants qui sont dans ton monastère et console-les.» Il
vint vers nous et nous apprit ce qui avait eu lieu. Or un homme de la ville
d'Usim, nommé Pierre, vint à lui : il était riche et voulait obtenir la bénédiction
de mon père. Il s'avança vers lui en disant : «Bénis-moi, ô mon père saint.» —
Et mon père lui dit : «Tu n'es pas digne d'être béni, car tu as commis un grand
péché au sujet de la femme que tu as épousée; elle est la fille de ta sœur en
vérité; tu as fait et accompli le mal, tu as péché devant le Seigneur, car tu as

1. Mot-à-mot : qu'une horrible souffrance ne fût à la fin de cette feuille.
loading ...