Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 455
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0561
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

455

â^UJI <JI JuJI J^i tiAîbL ûr* ^ «-^M^

<5uUJ ^ l^â^l ^jC- tjXic

^jju La^r^ js^3 ^jù*»"' i 3i àJ JUà â^^ULcsL JiJas^! <jl JlSj ^-ft)j

3^ 3^ ^ wX^ju o°ir^ \y<^\&^$j> ^ajj

«J^-Jjj JxfcHj Asî^Jl 3j^ 3^ ^ ^> (J^ÂSj (^5^ ijl^j

ùjj ^JLiJI ^j*jU1 W ^ l-rv'^£? i-r^lpr 3 3J1 ^-==^ ^r**

t'informe de ce qu'il a fait.» Notre père le saint sortit pour se rendre près de ce
vieillard, (de ce) prêtre malade et lui dit : «Sache, mon fils, que tu as (commis)
un grand péché, un péché plus grand que tout : et maintenant apprends-moi tes
fautes, afin que je trouve un moyen de prier et d'implorer pour toi; car il est
écrit : Confessez-vous les uns aux autres, afin qu'il vous soit pardonné.» — Alors
le prêtre lui répondit : «J'ai commis plusieurs fautes.» — Mon père lui dit : «N'aie
pas honte! nous sommes tous coupables, nous tombons tous (chaque jour) plu-
sieurs fois.» — Comme la maladie pesait lourdement sur (le prêtre), il répondit
avec un grand soupir : «Malheur à moi, ô mon père, car j'ai chargé mon âme
de plusieurs péchés, moi plus que les autres.' O mon père, je t'apprends que
j'ai fait un faux témoignage contre un homme et même je l'ai vu mettre à
mort injustement; de plus, j'ai vendu les vases de l'église et je me suis nourri
du prix que j'en avais retiré; j'ai commis l'adultère dans les coins de l'église
et (même) à côté de l'autel.2 Malheur à moi! j'ai été méchant et malheureux

1. Mot-à-mot : moi, à l'exception de plusieurs autres. C'est une expression biblique. — 2. Un autre
manuscrit donne la variante : puis j'ai emporté les vases et les ustensiles de l'église et je les ai mis
dans la maison des alamin. Le mot employé de la racine n'offre pas ici un sens bien clair. Il s'agit
ou de païens ou d'usuriers ou peut - être d'olmées, ce qui indiquerait une origine assez récente de
l'addition.
loading ...