Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 173
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0216
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE; 173
capitale de l'ancien royaumeWn, confirmant ainsi la traduction
arabe C'est encore dans une église d'Esneh que Pakhôme fut
condamné, par les évêques réunis en concile, et faillit être tué
par la populace(3).

Le Synaxaré cite assez souvent cette ville, et une fois avec des
circonstances tout à fait intéressantes. Le vali Arien, se rendant à
Asouan, trouva à Esneh quatre jeunes fellahs qui portaient et des
pastèques jaunes à la ville n. 11 les fit mettre à mort et on leur bâtit
une église après la persécution. A son retour, comme il se faisait
rendre compte par quatre scribes chrétiens de la gestion des de-
niers publics, l'un d'eux ayant laissé échapper le nom de Jésus-
Christ, Arien ordonna de les mettre à mort : on leur bâtit une
église qui fut appelée l'Église des Quatrc-Héros. A un troisième
voyage, deux chrétiennes de cette ville s'étant rendues à Erment
pour y confesser le Messie, Arien prit le parti d'en finir avec
Esneh. Il se rendit, par terre, d'Erment à Esneh, et la population,
apprenant son arrivée, quitta la ville et se réfugia dans la mon-
tagne de Katoun, c'est-à-dire à la montagne des biens. Cependant,
à son arrivée à Esneh, le vali ne trouva personne, il se rendit à la
porte Sud de la ville, qui se nommait porte Oschkour, rtparce que
l'évèque y faisait la prière du remerciement pour son peuples.
J'ai à peine besoin de faire observer que le mot Oschkour, s'il exis-
tait en copte, ce dont je doute, ne devait pas avoir le sens qui lui
est ici attribué; je crois plutôt qu'il vient de la racine arabe yCi,
qui veut justement dire remercier. Quoi qu'il en soit, Arien trouva
à cette porte une vieille femme impotente qui n'avait pu suivre
le reste du peuple : elle lui apprit que les chrétiens s'étaient réfu-
giés à la montagne de Kitâmah, et le vali lui fit couper la tète. Dès
lors, la description de la campagne au sud d'Esneh devient très

(1) ntgpc>yiiu>2 eçNH Tiio- <2) E. Amélineau, Monum. pour servir

xic ntMNTGfo napxmoc xy^\ à î'hist., etc., t.! II, p. 33g et 343.

ezpxi einoxic. E. Amélineau, Mon. (:,) Uni., p. 386, 671 el 591; Cf.

pour servira l'hist., etc., t. II,p. 317. aussi les pages 78, 927, GG3, etc.
loading ...