Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 502
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5<32

E. AMÉLINEAU

comme s'il n'avait pas été atteint d'un mal. Et l'émir se réjouit, ainsi que
tous ceux qui étaient avec lui, de la guérison de l'enfant; et quant à son
père, voici qu'il pria le saint de lui demander quelque chose, et le grand
saint lui dit : « Nous avons tous besoin de la miséricorde du Messie ; mais
notre Dieu le Sauveur a dit dans son Evangile saint : Pardonnez et l'on vous
pardonnera, et je te demande de pardonner aux gens de cette ville. » Et
l'émir dit à notre père : « Certes, ta sainteté sait que je suis un envoyé, et
moi je te demande de me donner un conseil sur ce que je ferai. » Et le saint
lui dit : « Je veux de toi que tu écrives une lettre au roi et que tu lui
apprennes que moi, j'intercède pour les gens de cette ville. » Et aussitôt il
obéit à l'ordre du saint, il écrivit une lettre au roi Théodose et lui apprit
qu'il était arrivé en bon état sur la terre d'Egypte, qu'il s'était réuni avec
le saint Jean qui avait guéri son fils et intercédait pour les gens de la ville.
Et il rentra sur-le-champ, — c'était la neuvième heure du jour — il cacheta
la lettre avec son sceau, puis il la donna au vali d'Antinoé qui la cacheta
ainsi que le vali d'Asiout. Et lorsqu'ils l'eurent cachetée, ils la donnèrent au
saint qui dit au jeune homme : « Va vers la ville et repose-toi avec tes soldats
jusqu'à demain, et tu reviendras vers moi avec la force du Messie. » Et
quant au père Jean, il étendit ses mains et pria ; et, lorsque fut la quatrième
heure de la nuit2, une nuée lumineuse vint à lui et elle le porta de la prison
où il était et le fit arriver dans le divan du roi, dans la grande ville de
Constantinople. Et le roi était assis avec la reine, et beaucoup de grands qui
lui étaient chers étaient près de lui. Et ils ne savaient rien. Et voici que la
lettre descendit du haut du divan, et le roi leva les yeux, il vit la nuée, puis
il prit la lettre, il vit les sceaux qui la scellaient et les reconnut ; il ordonna à
l'un de ses familiers de lui lire la lettre. Et le roi s'étonna beaucoup de ce qui
avait eu lieu ; il ordonna d'écrire une lettre à l'émir en réponse et il lui apprit
d'épargner la ville, de ne lui faire aucun mal par vénération pour le saint
père Jean, parce que Dieu était content de ses créatures à cause de ses prières
et de sa sainteté bien accueillie ; mais les endroits où se trouvaient les cirques
où l'on se réunissait, il les détruira vite et le saint mentionnera le roi et la
reine dans ses prières. Et la lettre fut écrite au milieu de la nuit dans le divan

1. C'est-à-dire trois heures de l'après-midi.

2. C'est-à-dire à dix heures du soir.
loading ...