Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 512
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5I2

E. AMÉLINEAU

mourut anba Ephrahâm dans la montagne de Fargout, connue sous le nom de
Deir Hadah. Ce saint alla vers le couvent d'anba Pakhôme et il y demeura
des jours ; et, quand on le vit dans de grandes dévotions, on le revêtit de
l'habit et il demeura redoublant ses dévotions dans l'endroit où vint Bene-
kâros. Et la lettre d'anba Ephrahâm arriva de la ville de Constantinoplc,
dans laquelle il apprenait aux moines ce qui lui était 'arrivé de la part de
Justinicn, le roi chaleédonien, car il l'avait invité en ces termes à faire
l'offrande avec lui : « Viens faire l'offrande avec moi et retourne clans ton
couvent où tu étais ; si tu me désobéis, tu ne retourneras pas à ton couvent. »
Le saint anba Ephrahâm demanda d'être exempté de son gouvernement, il
quitta le couvent. Le roi envoya Benckâros avec des soldats nombreux et ce
commandement : « Celui qui lui obéira au sujet de la foi du roi restera dans
le couvent; mais celui qui désobéira sera exilé. » Les moines sortirent et
furent dispersés dans les déserts et les monastères. Quant au saint anba
Ephrahâm, il alla clans le couvent d'anba Schenoudi, à la montagne d'Adrî-
bah, il y habita et se mit à copier les règlements laits par le saint anba
Schenoudi, â les écrire sur du papier jusqu'à ce qu'il les eût achevés, et il
les mit dans des outres, les scella et les envoya dans le couvent du saint
père Mesîs (Moyse) et leur recommanda1 de les bien garder. Et il dit dans
sa lettre : « Cette outre contient des graines et des semences bien choisies,
gardez-les chez vous longtemps. » Et après cela, les grains qui étaient dans
le couvent du saint père Mesîs furent consommés, ils ne trouvaient point de
graines pour ensemencer et ils pensèrent aux outres que le saint père
anba Ephrahâm leur avait envoyées, ils les ouvrirent pensant que c'étaient des
semences et ils y trouvèrent les canons que le père anba Schenoudi avait
écrits, car les moines qui étaient clans son couvent ne permettaient à personne
de les copier. Quand les moines du couvent du père Mesîs les curent trouvés,
ils se réjouirent et s'empressèrent de les copier. Et après des jours le saint
anba Ephrahâm sortit par une inspiration de Dieu, il alla habiter son
couvent à la montagne de Fargoud et il v bâtit le couvent; des gens nombreux
se rassemblèrent, il les revêtit de l'habit. Puis vinrent à lui des vierges qui lui
demandèrent de leur taire bâtir des cellules et de les faire rester sous ses
prières. Et il les revêtit de l'habit et leur bâtit un couvent où elles restèrent,
et il demanda les canons afin qu'il les apprît à ses enfants les moines, hommes

i. C'est-à-dire aux moines du couvent.
loading ...