Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 522
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
522

E. AMÉLINEAU

eqig\H\ eqpiute eopsa ensoeic eTÊte neigcofï osi OTnpoitoi^ nTe nnoTTe juin
Teqx».ïtTju.^ï poijute e/rn^ujioc jutnn^y nujcopn jutne^ocy eTMxax&y OTno\s-
Te-yojuteuoc KioXg enpo n-eeneeTe ^too nTeqp ovuj n^q n^i neTsi^Konei enju.^
jumpo ivrco nes^q n^.q se sooc encmeicoT ottujhjui ucotto ne nTXïepHT
juuut.oq n(ut)juieT^'<V'\oc 1 [eT&e n^OTs^i Teno'y &e ^TTomu^T efio"\c>n o-yp^co'y
■se TeTnp ^peî^v juuuLoq socy oim nT€Tnno«Rq eojp&.i. HTepe n^ npo se «se
noTco egomi]2 umenenoT *^qp ujnHpe es.T(o ^qToooTrn c^qej efioX dvquj^se

njutjui^q se nujHJui juten hcoto Tnp ^peiôv n^q ^"Wà. ^ nes.n noirnpoeecjuLïà.
uj^nTe nsoeïc c&tc comvrq nTnTd^q n^k. ^qoTcoiufï se n*vq n&i npuijuie ose
nT^niTq nis.K ^n eT&e otsnVô^'y ivA/X». eT&e n\oTSM ;>.too on se HTeTn çen
ptoju.e nTe nnoTTe. Kre.im.oy ^qnonnq egpa>.i juin necnH'Y jumnccoe e&oA
n^q ngen kottï [ncx*.o<Y Jutn oen oesn juin otrotï n'ÎV^juLVtj-^nH jutw gen iuhjul
noirooTe itToq se ^qsiTcy gn othoiî jutnicTic egoirn enno^Te mtw neneiuiT
cjuto-y epoq ^qei efio<\.Q_s]3TooTq gn OTSiot? npà.uje. neneuoT se n&gtojui ^q-

plcurcr vers le Seigneur à cause de cette chose, par la providence de Dieu et
son grand amour des hommes, à l'heure de l'aurore en ce jour-là, un magis-
trat frappa à la porte du couvent, et, lorsque celui qui était de service à la
porte lui eut répondu, alors il lui dit : « Dites à votre père : J'ai promis un
peu de froment pour (ceux qui sont dans) les mines à cause de mon salut.
Maintenant donc on m'a fait voir dans un songe que vous en avez besoin,
envoyez donc, débarquez-le. » Lorsque le portier eut porté la nouvelle à notre
père, il s'étonna et il se leva, il sortit, il lui parla, disant : « Nous avons à la
vérité besoin d'un peu de froment; mais donne-nous un délai jusqu'à ce que
le Seigneur nous en ait préparé le prix afin que nous te le donnions. »
L'homme lui répondit : « Je ne te l'ai pas apporté pour quelque chose, mais
pour mon salut et encore parce que vous êtes des hommes de Dieu. » Sur
l'heure il le débarqua avec les frères; ensuite il lui apporta quelques petites
bénédictions4, quelques pains, un peu de restes et quelques petits légumes;
mais l'homme les reçut avec une grande foi en Dieu, et notre père le bénit,
et il le quitta dans une grande joie. Mais notre père Pakhùme s'assit, il parla

l. Lisez : juuu.eT&.AAoit. — 2. Ce qui est entre crochets existait primitivement dans le manuscrit à
l'époque où je l'ai copié; le relieur l'a fait disparaître en mettant ces feuillets en état d'être reliés. —
3. .Même observation. — 4. C'est-à-dire ce qu'ailleurs on appelle eulogie : c'était alors la coutume de
bénir tout ce qui se mangeait, comme aujourd'hui on bénit le pain. Les Coptes donnent encore des
pains entiers avec une croix dessus après leur messe à ceux qu'ils en jugent dignes.
loading ...