Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 529
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0057
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

■xiTq ns\ neitoT utneTtyioite is.qoTfioiyT epoq hujojult ncon utimcooc ju-nu^-y
îit^ nequjHpe gno i^qqi ottkotti g**, noem i^qT^q xxn gen Keoem ^qK^^-y
gà. p(oq. îiTepeqgjutooc ^.e ecaxoA*. ^qoirioju. mioem neTJuuu.à.'Y ju.nq'xwg
epoq. iututictoc ^ neqeitoT crycou : egeti (-%h-) &mie jliu geu <\'\iojli ^que-x gen
koti ht€ noem entcHT epocy neTuiAi^'y •xc on ivqoTcon2 epoo-y ^qvvcx ne/m-
gHTO-y e&oA ^qoTroiiju. smfmne jlhi Hgiv\iDJUL MxsuL^ie. ivrco îrreige es. neqejcoT
na^q vigocy cu^y OjS. neqguo uji».nTqp &t&o*x a.7Fto jutsmcooc à.qmce n^q
ttOVKom itooTuj gjui noeiK zTAXsuLiKy j^too UTepeqK^ô^q g;v pu>q ^qgjuiooc
ôwqotroojut uee jumeTepe neqg_HT cju.onT. ^tu> jliucioc 5 is.q-xoo'y uotkotts mie^
juneueioiT nes.goûAJL ^quj<\.H'À. esscoq ô^too rrrepe neTujujne oofiuj neqeicoT
T^gcq ô^qAATon gn npjui AAirsoesc ic ^q&iùK eneq.tAd«. gju. OTeipmiH. k^i c*js.p
gen KeiiHHuje on \\Ti>J\&o irssoeic Js.dw*y e&o'Xg^TOOTq ^tio ecujôatujoone oit
uqujAH'X exil ove*. eT&e neqo-yxis.1 îit€tju. n^oejc -y iià.q jmneq^iTHxiis. iiejneq-
jmKd.g iig^HT AtnqcuiTAt. epoq jvX'A.ô. equjAHA tiToq noToesuj n\*x "se
neKonroouj jm^pequjojne. ôvTio &.qg_ju.ooc itOT^ooy ^quj^-xe uiïi neciiH-y eq-xio

malade l'eut reçut il l'adora trois fois ; puis, à l'heure où son fils eut faim, il
prit un peu de ce pain, il le mélangea avec d'autres pains, il le plaça sous sa
bouche. Mais lorsqu'il se fut assis pour manger, il mangea les pains; mais il
ne toucha pas à celui-là. Ensuite, son père mangea quelques dattes et quel-
ques fromages; il jeta quelques petits morceaux de pain parmi eux; mais
celui-là encore le mangea, il jeta ce qu'il y avait parmi, il mangea les dattes
et les fromages seulement. Et ainsi son père le laissa deux jours dans sa faim
jusqu'à ce qu'il fût devenu sans force; puis, il lui fît cuire une petite soupe de
ce pain et, quand il l'eut placée sous sa bouche, le malade s'assit, mangea
comme quelqu'un dont le cœur est ferme. Ensuite le père envoya un peu
d'huile à notre père Pakhôme qui pria sur elle, et, lorsque le malade se fut
endormi, son père le frotta; il fut en repos au nom du Seigneur Jésus, il s'en
alla en son lieu en paix. Le Seigneur fît par son entremise des foules d'autres
guérisons et, s'il arrivait aussi qu'il priât sur quelqu'un et que le Seigneur ne
lui accordât pas sa demande, il ne s'affligeait pas de ce qu'il n'avait pas été
exaucé4; mais en priant il disait en tout temps : « Que ta volonté soit faite. »
Il s'assit un jour, parla avec les frères, disant : « Ne pensez pas au sujet des

i. Lisez : o-ywjm. Le mot du texte signifierait ici et plus loin : il ouvrit. — 2. Lisez : jvqoiriojm. —
3. Lisez : jumiMc. — 4. Mot à mot : De ce qu'il ne l'avait pas écouté.
loading ...