Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 531
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

53i

^ nejmTOîi. ïiToq se es.qeipe Kd^Tà. oe eHTdvqsooc ju.ïiucoic ^q.uLeo Teq^is ufnme
ô.qcooTTK ju-juioo-Y epoq eqsco jululoc se &pHV RiuujOTfu cutc se AAnKOTioJL*.
AtrieiH^y. itToq se ju.nqsïTOY ^qoTTCJûujk n^q gii otuos" ujak^ç (-o-)

iioht se eneisH epe ngice huccïihy utooth jlik neir^pià.1 eTpeuomouojLiei
ju.uloo'y aaioïi goioou ut»ep neïiA*.TOii HgHTO'y ecTcmi <?e t€îio*y ^otc AumoTTe
^p^ ^KuieujT HK^^TrÊH nnecîmy juinem^'y se îiext-u oiron tuooue ngHTO'y
junrpimeeire se oeil gooft uc'X.^^ictoiï ne neiiTô.KcooTTii juumoo'y epoï ka.i u^p
oTKpsTHC ne nnoTTe eTpequjme hc^ gcifi \i\ax. ^va} ^q^oo eqiiHs equjcoue ^qp
goo-y cHôw'y HOTreuj noTTCoiu. ô>.-tco neuj^qTOJOTn k^tô». aoipHTe uqujTV.H'A. eisoTVoin
neqpiOKg ngHT ego-ru ennoTTe <^mx niuteg ujoxit se ugocy d^qKOTcÇi^e g**
nujojue d.qTO)otrn ^q&coK ^qo-yoaxt aau uecuH-y THpcy. ^qujcoite se oit noTroeiuj
giocTe iiqAJtKô^g uj;s. op^i enju-o-y e&o*\gjjL negoTo uh^ckhcïc ^trco ^irssTq
enuidv eTepe uecuH-Y ukotk ngHTq seKdx eTeTxtxioq uotroti hotootc gxt

ce tapis de dessus moi; étends sur moi une natte, comme pour tous les frères,
jusqu'à ce que le Seigneur (me) donne le repos. » Mais lui. il fit selon ce qui
lui avait été dit3; ensuite, il remplit sa main de dattes, il les lui présenta,
disant: «Peut-être pourras-tu en manger deux, car tu n'as pas mangé
aujourd'hui 4. » Mais lui, il ne les prit pas, il lui répondit dans une grande
douleur: « Puisque la souffrance des frères et leurs besoins sont entre nos
mains afin que nous les dispensions et si nous aussi, nous en faisons notre
repos 5, où est la crainte de Dieu? Est-ce que tu as considéré en cette heure les
cabanes des frères pour voir s'il n'y a pas en elles de malades? Ne pense pas
que ce soient de petites choses ce que tu m'as présenté, car le juge, c'est Dieu
qui scrute en toute chose. » Et il demeura étendu, malade; il passa deux jours
sans manger, et il se levait à chaque moment pour priera cause de l'ardeur
de son cœur pour Dieu; mais le troisième jour, il alla mieux15, il se leva, il
alla, il mangea avec tous les frères. Or, une fois, il fut encore malade de telle
sorte qu'il fut triste jusqu'à la mort, par suite de l'excès de ses ascèses, et on
le porta dans le lieu où les frères étaient couchés 7, afin qu'on l'y nourrit de
quelques légumes. Or, il y avait en ce lieu-là un autre frère, couché, si malade

i. Lisez : iteTTjxipei^. — 2. Mot à mot : Selon ce qu'il lui avait dit. — 3. Mot à mot : A cette heure.
— 4. C'est-à-dire : Si les frères mettent en commun tout ce qu'ils gagnent avec peine et que nous
nous en servions pour nous mettre en bon temps. — 5. Mot à mot : Il s'allégea. — 6. C'est-à-dire :
A l'infirmerie.

67
loading ...